Bienvenue sur le RPG-Dragon Ball Z de référence ! Bonne ambiance et rpg palpitant garanti!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Monsieur Janot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Guerrier Suprême

avatar

Jozuro
Guerrier Suprême

Nombre de messages : 2175

Age : 24

Date d'inscription : 18/12/2008


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies:
Niveau:



MessageSujet: Monsieur Janot   Sam 26 Déc - 13:26

Monsieur Janot



Chapitre Premier


Avec aucun soin, telle une vraie brute. Thomas empila ses affaires d’Arts Martiaux dans son sac de sport ; au point même que ce tas de tissu, ressemblant plus à un gros chiffon en boule qu’autre chose ne permettait pas de refermer le sac et sa ceinture éclair correctement. C’est à deux fois que le jeune homme dû s’y prendre à la force parfois pour faire fermer son sac tout en grommelant quelques injures au fond de sa gorge. Enfin fermé, on y voyait déjà une forme assez étrange, assez ridicule. Les côtés du sac rectangulaire était vide, seule une grosse boule en son milieu déformé le tout. Tant pis se dit-il, peu de temps lui était accordé. Il fut déjà en retard à son dernier cours et le précédent encore, son Maître (ou professeur) n’apprécierai pas, pire même ; ces derniers temps celui-ci avait une relation familiale compliquée avec un jugement de divorce en attente et une bataille juridique pour décerner les biens et la garde des enfants. Il était donc très soucieux, très stressé et nerveux et les entrainements qui lui faisait faire avec ses camarades se ressentaient. Il pourrait très bien ne pas l’accepter à ce cours, le virer ? Non quand même pas songea t-il. Et courant à toute allure de sa chambre, en passant par le salon et traversant le couloir d’entrée – en pointant un petit coup d’œil à l’horloge ainsi qu’un petit salut à sa mère – Thomas dévala les escaliers de l’immeuble et ne tenta pas de prendre l’ascenseur bien trop lent. La salle d’Arts Martiaux n’étaient qu’à trois-cent mètres de son domicile mais la route a traversé était une nationale ; souvent emprunté par les véhicules, le trafic était dense et traverser dangereux. Aucun passage piéton, le maire de la ville dit s’en occuper mais voilà dix-sept ans, depuis que Thomas est né ici, que rien n’a changé. Son père dit souvent : « lorsque qu’il y aura un mort, il fera un petit geste. En attendant tant que personne n’aura été tué, il ne fera rien ce con ». En effet, c’était fort vrai et il avait peur que ce soit son fils la victime de ce manque d’intérêt de la sécurité des piétons et passants. Profitant d’un moment calme du trafic Thomas traversa à toute allure, reprenant le rythme qu’il a perdu par la traversée de la nationale. Une fois devant le bâtiment du sport de combat : la porte était fermée. En retard, rien à faire. Pourtant il avait fait ce qu’il a pu se dit-il lamentablement, il tente tant pis. S’il se fait virer, il n’aura qu’à s’en prendre à lui-même. Sonnant à l’interphone pour que l’on lui ouvre, ce bâtiment était en fait un ancien immeuble abandonné. Envahis par les Squatteurs et les clochards il y a de cela vingt ans, plutôt que de laisser une telle carcasse abîmer le plaisir de circuler et de vivre à Berlin, ils convertirent et transformèrent ce bâtiment en plusieurs salles d’Arts Martiaux et autres sport de combat. C’était devenu un très beau lieu, quelques professionnels l’eurent inauguré à son ouverture et des clichés de grandes stars et d’héros des sports de combat étaient affichés à l’entrée. Salle où il pu entrer, une fois que la dame de l’accueil lui ouvrit généreusement. Le sac pendouillant à son épaule droite, le front en sueur, le souffle coupé ; il se présenta à la femme chargé de l’accueil tout sourire comme à son habitude – cela en devenait stressant, même à l’orée de l’Apocalypse cette bonne femme était capable de vous sourire – et dit :

« Veuillez m’excuser, je suis en retard à mon cours d’Arts Martiaux avec Monsieur Janot. » dis-je tout essoufflé, tentant calmement de reprendre mon souffle.

« Ah mais ne vous excusez pas ! Ce n’est pas à moi que vous devez le faire mais à votre professeur. Au contraire je suis là pour vous aider, pour vous accueillir comme c’est écrit. Je ne vais pas vous faire la morale, ce n’est pas mon travail. Mais il est vrai que cela fait plusieurs fois que vous êtes en retard, j’espère que Monsieur … Janot ne sera pas trop offusqué. Il n’est pas bien en ce moment vous savez et ça empire, là je l’ai vu entrer avec ses élèves à l’instant. Il ne faisait pas bonne mine, les élèves non plus d’ailleurs. Il influe beaucoup sur leur morale je crois, j’espère que tout cela va s’arranger car à moi aussi il influe un peu sur mon moral. Mais bon je sais relativiser vous savez ! Oh oui ! Il vaut mieux relativiser quand on est une femme si malheureuse que moi, parce que sinon on... on explose ! Et puis mes enfants aussi, je veux qu’ils soient heureux alors je fais mine d’être heureuse mais j’ai du mal parfois, à vous aussi je veux que vous soyez… »

Vous voyez, la dame de l’accueil c’est ça. Et si on ne l’arrête pas, elle pourrait continuer pendant des heures. Or Thomas n’avait pas le temps d’écouter son discours à dormir debout et d’un geste vif il lui fit comprendre qu’il devait faire vite. La femme un peu confuse de s’être emportée lui indiqua l’étage deuxième, salle C. Et Thomas reparti dévaler les escaliers, arrivé au deuxième étage, il se pointa comme un i devant la porte C et frappa fort pour qu’on l’entende. Un homme grand, immensément grand même se pointa devant lui. La main droite encore sur la poignée ronde de la porte qu’il venait d’ouvrir. Cheveux longs bruns, carrure très solide, ossature presque unique et une musculature de titan ; on se faisait tout petit sous son regard et sa taille de combat. Voici Monsieur Janot, son professeur d’Arts Martiaux depuis dix ans. Celui-ci fit une grimace, un air crispé à la vue de son élève. Autant gêné de l’apercevoir maintenant que l’était Thomas, il lui présenta la salle de combat du long de son membre gauche : il était accepté. Thomas posa quelques pas dans cette salle aussi grande qu’une salle de réunion, avec en tout et pour tout comme décoration des tatamis au sol et des portraits de grand Maître d’Arts Martiaux sur les murs. La porte claqua derrière lui et dans le creux de son oreille pour ne pas que les autres élèves attentif à l’arrivée de leur camarade n’écoute ce que dit Janot : « tu es en retard, encore. Dépêche-toi de te changer, ce sera la dernière fois, tu es prévenu ». Thomas ne tenta pas de s’expliquer, fonçant dans les vestiaires se changeant de son accoutrement habituel à celui d’un combattant digne de son nom – quoique la tunique blanche qui le vêtit fût toute froissée – il pu entrer dans la salle et commencer l’entrainement. S’asseyant avec ses compagnons devant Monsieur Janot qui expliquait ce qu’ils allaient faire :

« Ca va être simple aujourd’hui, on ne va pas se prendre la tête. D’abord prenez-moi les antichocs et échauffez vos coups : coup de pied et coup de poing. Pas de genou, ni de coude voire même de tête pour certains. Ensuite on fera quelques combats, je veux faire un petit tournoi histoire de vous concurrencer. Ca ne vous fera pas de mal, alors échauffez-vous bien ! Allez, c’est parti. On est dix-sept aujourd’hui, je me mettrais avec le retardataire, ça lui apprendra à dérangé le cours une nouvelle fois. Les antichocs sont dans le cadi, allez bougez-vous ! On prendra dix minutes à la fin, j’aurais quelque chose à vous dire. »

Et tous s’accoururent à commencer l’échauffement. Le mini tournoi qu’avait organisé Monsieur Janot en avait excité plus d’un et ils voulaient tous prouver qu’ils faisaient parti des meilleurs, or avec dix-sept élèves, il en faudrait bien éliminer au moins douze. Tous conscients, donnèrent des coups aux coussins portés par les mains des binômes. Thomas quant à lui était face à son professeur, celui-ci avait bien précisé « je me mettrais avec le retardataire, ça lui apprendra à dérangé le cours une nouvelle fois ». Le voilà puni pour la première fois, c’était bien fait pour lui pensa t-il mais il ne comprenait pas par quoi son professeur pourrait le punir à l’échauffement. La seule idée qui lui vint fut d’un échauffement intensif, très lourd et qui pourrait menacer ses chances de gagner le tournoi. Monsieur Janot lui donna les antichocs, assez surpris Thomas les enfilèrent un par un, chacun à une main. Prêt à récepter les coups de son Maître, celui-ci ne manqua pas de se déchainer. Dès le premier coup de poing et sous la force du choc, Thomas se retrouva à un mètre, allongé sur le dos, la main gauche en feu malgré le coussin. Etonné par le choc sourd que cela produit, tous les autres élèves se retournèrent pour apercevoir la chose incroyable : le professeur ne s’était pas retenu sur ce coup. Monsieur Janot conscient qu’il y est allé un peu fort rassura ses élèves d’un geste de la main et leur demanda de continuer puis tendit la main à Thomas pour qu’il se relève. Le jeune homme aussi surpris que toute la salle qui avait désormais repris l’échauffement, concentré par le tournoi qui arrivait, accepta l’aide de son professeur et se releva, tapant de ses coussins sa tunique blanche pour enlever les poussières qui s’y étaient installés. Le regard interrogateur de l’élève vers son Maître n’atteignit pas son but, Janot avait détourné les yeux et s’était écarté dans un coin de la pièce. Mais qu’est-ce que cela voulait signifier ? Etait-ce cela la punition ? Se prendre des coups ? A nouveau les antichocs prêt au contact, Thomas instinctivement se recroquevillait sur lui-même par peur de se reprendre un sacré poing. Les yeux à demi plissés, les bras crispés, il attendit le choc mais celui-ci ne vint pas. Monsieur Janot le regardait d’un air de mépris, le tout pour le rendre ridicule aux yeux de son professeur.

« Tu fais quoi là ? » lui dit-il sèchement, les bras en chaloupés les uns sur les autres, impatient de connaître la réponse de son élève.

« Je me prépare au coup, en fait… » dit incrédule Thomas, baissant les yeux. D’un air stupide et désolé.

« Tu te fous de moi ? Ca fait plus de dix ans que tu travailles les Arts martiaux et tu n’es pas capable de te tenir correctement face à ton adversaire ? Redresse-toi nom d’un Dieu ! Regarde-moi ça, une vrai fiotte ! Qu’est-ce que tu fous ici, sérieusement ?! Je n’ai jamais vu ça de la part de mes élèves, alors remue-toi et montre-moi comment on intercepte un coup ! »

De nouveau droit, appliquant les ordres de son Maître ; Thomas se positionna à faire en sorte de se protéger du coup que pourrait lui donner un adversaire. Satisfait, son professeur relança un coup de poing qui eut pour même effet de le faire trébucher à un mètre de là. A nouveau surpris, les élèves regardèrent et murmurèrent des choses entre eux, en des années de pratique ils n’avaient jamais vu ça ni Thomas par ailleurs. Qu’avait son professeur ? Etait-il devenu fou ? L’un d’eux s’approcha, il prononça les mots : « Monsieur, ça va ? ». Aucune réponse si ce n’était : « continuez ! ». Et les élèves repérèrent mais avec cette fois-ci dans la tête l’attitude bizarre de leur Maître.

« Et alors ? C’est quoi ça ?! T’appelle ça parer un coup ? » reprit-il.

« Mais Monsieur vous frappez bien trop fort ! Je ne peux face à votre carrure m’interposer entre vos attaques ! C’est impossible, je ne suis pas aussi puissant ! » se défendit t-il.

« Sottise ! Tu es le plus costaud d’entre nous, ils sont fins, regarde-les. Toi tu as une ossature plus consistante, tu es aussi celui qui a fait le plus d’années dans la maison ! Comment peux-tu dire une connerie de ce genre ? Tu te débrouilles très mal voilà tout. C’est sûr qu’entre eux et moi il y a une différence mais si tu veux devenir Maître à ton tour comme tu me l’as dit l’autre soir, il va te falloir plus que des excuses de carrure et de musculature pour réussir. Que ton adversaire soit plus fort que toi ou non sur le plan physique ne change rien ! C‘est le plan technique qui fait tout ! J’ai déjà été battu par beaucoup plus faible que moi sur le plan esthétique mais dis-toi qu’eux en avait dix fois plus dans l’esprit que j’en avais moi. » termina t-il et d’une volée inattendue il gifla son élève qui de nouveau sous le choc se retrouva au sol.

Les élèves n’étaient plus inquiets mais terrorisés. Pour les rassurer le Maître leur dit que c’était la punition d’avoir été trop souvent en retard, de plus d’être arrogant mais Thomas le savait bien, rien de tout ça n’était juste. Son Maître avait voulu lui enseigner quelque chose qu’il n’enseignerait pas à tous les élèves ici présent mais qu’à lui.


Dernière édition par Alicante le Mar 29 Déc - 10:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fusion

avatar

Van
Fusion

Nombre de messages : 1265

Age : 23

Localisation : Behind you ! Believe it !

Date d'inscription : 08/07/2009


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 56.760
Niveau: Niveau 272 (+30)



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Dim 27 Déc - 15:59

Alicante= 108 lignes= 10.800 Xps= 5.400 Zénies
Revenir en haut Aller en bas
http://lerpg-dbz.forums-actifs.com/forum.htm
Guerrier Suprême

avatar

Jozuro
Guerrier Suprême

Nombre de messages : 2175

Age : 24

Date d'inscription : 18/12/2008


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies:
Niveau:



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Dim 27 Déc - 16:03

Chapitre Deuxième

Pour préparer ce tournoi, Monsieur Janot fit la chose la plus simple possible. Tous les élèves écrièrent leur nom sur un bout de papier qu’ils regroupèrent dans un bol et où il tira un par un chacun d’eux. Sauf de ce qu’avait pu y voir Thomas, son Maître à la réception de son papier le froissa et le jeta dans la salle. Très vexé, ce fut un choc pour le jeune homme, comment son professeur pouvait-il lui faire ça ? Ce tournoi était très important, le gagnant aura sûrement un trophée ou une récompense tout aussi généreuse et il était exclut de l’obtenir. Voilà la véritable punition se dit-il, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même mais malgré tout, il ne pouvait s’empêcher de mettre ce manque à gagner sur le dos de son professeur. Ils étaient tous deux coupables et le résultat de ces erreurs : pas de participation au tournoi. Rageant, bouillant, il contenu sa colère car il ne voulait en aucun cas se faire virer du club pour un cours où son Maître avait certes agit bizarrement. Surtout que s’il pète les plombs non pas seulement ce club va le virer mais il aura du mal à s’en trouver un nouveau. Alors il se tait, assis, observant les tirages au sort sans grand intérêt alors que ses camarades eux, sont stressés et impatients de voir contre qui ils feraient face : son meilleur copain ? Son pire ennemi ? Celui qu’il n’a jamais réussi à battre sans jamais vraiment savoir pourquoi ? Sa bête noire ? Le mec le plus nul de la Terre ? Une des filles (que l’on sous-estimait à chaque fois, l’effet des couilles et des hormones) ? Thomas ne se posait aucune de ces questions, qui pourtant, était souvent là dans sa tête mais plutôt : pourquoi ? Une fois le tirage terminé :

Spoiler:
 


Les combats allaient bientôt commencer. Tous les élèves se retirèrent des tatamis et laissèrent la place au prochain combat qui opposait deux compagnons de quatre années de pratique chacun. Combat équitable, les deux hommes étaient de bon guerriers sur le plan physique, chacun ayant arboré avec le temps une technique à sa façon. C’allait donc être passionnant et leurs camarades ne manquèrent pas de le souligner dans de diverses discussions autour de Thomas. Celui-ci était seul, tête baissée au milieu des élèves assis, attendant que le combat débute alors que Monsieur Janot était lui aussi sur le tatami pour rôle d’arbitre, de conseiller et d’observateur durant le duel. Soudain une main se posa sur l’épaule droite de Thomas qui l’interrompit dans sa rêverie ; c’était Zak, un jeune homme de son âge avec lui aussi de longues années de pratique derrière lui qui le soutenait. Il savait que ce n’était pas facile de se voir priver d’une chose comme celle-ci. Zak était un peu le meilleur ami de Thomas dans les cours d’Arts Martiaux bien qu’ils n’eurent pas une amitié au-delà des cours mais il se parlait de temps en temps et ils s’aimaient bien au fond. Thomas remercia Zak de son soutien, soudain un petit sifflet retentit ; le combat commençait. Toni et Jack se faisait face, en tenue de combat, en position de réception des coups. Lorsque Toni déclencha la première offensive, Jack bien placé bloqua son bras et par un enchainement assez spectaculaire fit tomber son adversaire comme un rien, comme si celui-ci ne pesait que le poids d’un cochonnet. Admiratif, les élèves ne disaient plus un mot, plus un bruit à tel point que la seule chose que l’on entendait étaient les bruits de chocs et de pas lourds sur la tatami des deux guerriers ainsi que les consignes et les coups de sifflet de Monsieur Janot. Toni se releva : il n’avait rien, ce n’était que la première altercation et il en était ressorti déchu ; il se devait donc de faire plus attention Jack avait donné la couleur. A nouveau en position de combat, les deux hommes tentèrent des coups ou des attaches pour une prise mais rien à faire, les deux étaient sur une garde à 100% et ne se risquait guère à prendre des initiatives. C’est cela quand on a quelque chose d’important à gagner mais si personne ne va au combat il se pourrait que les Toni et Jack soit disqualifié d’office se dit Thomas connaissant apparemment mieux les règles des Arts Martiaux de Berlin qu’eux. Alors que Jack évitait un nouveau coup de Toni, il se déplaça intelligent sur le tatami par un pivotement vif et régulier ; derrière son concurrent, il l’attrapa par les épaules et d’une roulade arrière le renvoya en dehors des limites du tatami. Il n’eut certes pas beaucoup d’action malgré que les peu qu’il y ait eu soient belles mais Jack avait remporté le combat par l’intelligence et la ruse. Monsieur Janot siffla l’arrêt du combat, tout en consolant d’une tape dans le dos l’élève perdant il appela le combat suivant qui opposait cette fois-ci : Greg et Ludo les deux déconneurs des cours mais soudain leur tin s’était durci ; l’enjeu était t-il trop important pour jouer aux clowns ? Thomas tourna la tête derrière lui pour voir comment allait Toni après cette défaite, celui-ci au fond, à l’écart des autres élèves étaient assis, les mains au visage. Pauvre Toni se dit-il, il n’était pourtant pas mauvais, il aurait pu aller plus loin s’il n’était pas tombé directement sur Jack, qui lui était fier et se vantait de son dernier coup qui fit choir son adversaire Jack. Tout sourire, celui-ci arrêta son regard sur Thomas qui le regardait fixement. Le jeune homme lui montra d’un geste de la tête l’état piteux de leur camarade, Jack le remercia et partit au fond de la salle. Avant tout c’était une classe et non des ennemis (seulement pour un tournoi). Plusieurs combats furent très semblables au premier où personne ne se risquait au moindre coup approximatif. Des premiers tours très défensifs qui étaient assez ennuyeux notamment lorsque l’on était disqualifié d’office au tournoi… Le combat le plus long fut celui de Pierrick – le plus nul des garçons – et Marine qui n’a seulement qu’un an de pratique d’Arts Martiaux, une ancienne athlète. Au contraire de celui de Stan et Zack, qui celui-ci comme attendu fut remporté par l’ami de Thomas en moins de six secondes. Zack était le favori incontestable mais l’espoir régnait en chacun de le battre, seulement ils préféraient tous l’avoir en finale pour aller le plus loin possible et taper dans le regard de Monsieur Janot. A son retour Stan dit : « logique, qu’est-ce que tu veux faire de toute façon ». La seule personne qui aurait pu tenir tête à Zack était bel et bien Thomas.

Spoiler:
 

Le deuxième tour n’était pas franchement passionnant non plus. Jack le vainqueur du malheureux Toni allait affronter Ludo qui, assez surprenant, s’était dépassé au dernier combat : il n’était donc pas à sous-estimer. Ensuite Matthieu et Paul, deux bons bonhommes. Puis Hugo et Marine, une fille en quart – cela n’avait pas empêché les deux filles de la classe se vanter d’avoir battu un garçon et d’être toujours dans la course, la discussion entre elles et Stan étaient assez hilarantes – et pour finir Yan et Zack ; toujours aucune surprise, certains demandèrent à Monsieur Janot pour rigoler de ne pas jouer le duel pour le bien de Yan qui s’offusqua ouvertement. Ces évènements raviva le sourire sur le visage de Thomas, ils les aimaient bien contrairement à ceux de son lycée. Le premier combat des quarts de finale commença et tous les autres suivirent très rapidement. La grande surprise fut Ludo qui remporta contre Jack, en méforme comparé à son premier tour ; belle victoire de Matthieu sur Paul qui n’a pas démérité et très bon joueur a applaudis la victoire de son adversaire ce qui ravit le professeur ; Hugo vainqueur contre Marine d’après lui c’est parce qu’elle a les cheveux longs, ça l’a aveuglé avait t-il dit pour la charrier ; et puis Zack avec aucune surprise. Celui-ci était très silencieux, très concentré et il avait raison de ne pas se laisser faire par ces rires.

Spoiler:
 

Les demi-finales furent plus intéressantes, beaucoup plus. Très stressé – si ce n’est Zack – les élèves se déchainèrent pour obtenir cette place en finale. Très disputé, Hugo se débrouilla plutôt bien contre un adversaire du style de Zack. Et Ludo toujours aussi impressionnant et inattendu arrive aux portes de la gloire mais vaincre Zack pour quelqu’un comme lui qui n’a jamais dépassé le deuxième tour de petit tournoi était très compliqué. Zack avait des médailles autant qu’il avait de poils sur lui, il était sur-médaillé comme le disent certains. Ludo lui, n’avait que des médailles de perdant sans grande valeur. Il n’y avait plus de rire dans la salle, que de la concentration alors que les élèves éliminaient pariés des sandwichs ou des bonbons sur le gagnant ou le perdant ; Ludo et Zack eux s’étaient écartés écoutant chacun à son tour les conseils que leur avait donné Monsieur Janot pour les aider. Cependant celui-ci n’avait toujours pas dit ce que gagnerait le vainqueur. Le mystère était encore entier car il n’y avait pas de médaille ou de coupe dans les parages et le tournoi était « improvisé ». Les deux combattants s’installèrent sur le tatami et comme la coutume le demande, se saluèrent dans un profond respect. Ludo tremblait légèrement alors que Zack lui, était serein, zen mais pas pour autant dans l’arrogance. La gifle que lui avait donné le Maître lui brûlait encore la peau, de plus en plus, la douleur se faisait pressante et Thomas partit en direction des toilettes se mouiller le visage, ratant la final : hélas. Dans la petite salle de bain de la salle de cours, il vit un jeune homme en face de lui, un air féminin léger, des cheveux mi-longs d’une couleur différente l’un et de l’autre côté, bien lisses. Il vit aussi quelqu’un avec des yeux d’une couleur différente : l’un rouge et l’autre bleu. Il se vit lui et sa différence, encore une fois. IL n’en souffrait pas mais elle était là, au fond de lui, il l’a sentait. Faisant couler l’eau du robinet, il se trempa le visage à l’aide de ses mains porteuses pour calmer la douleur et frotta, massa sa joue douloureuse. Il n’y avait rien, aucune trace, même pas une teinte différente. Une fois la douleur passé, il retourna dans la salle où le vainqueur était déjà connu et les gagnants des paris content : le dénommé Zack, l’archi favori avait gagné comme attendu. Monsieur Janot fier de lui le glorifia devant la classe alors que Ludo, pas trop déçu reçut lui aussi les félicitations du professeur.

Spoiler:
 

Monsieur Janot leva les bras pour réclamer le silence qui ne vit pas, il haussa la voix plus haut que le brouhaha mais rien à faire, les élèves dans l’euphorie ne voulait pas écouter. C’est alors qu’il siffla un bon coup dans son sifflet qu’il pu enfin attirer l’attention et le calme qu’il attendait.

« Du calme ! On n’est pas dans un Zoo ici mais dans un cours d’Arts Martiaux. Bien maintenant que les félicitations sont faites et que l’on connaît le gagnant de ce tournoi interclasse, il est temps que je vous dise ce qui attend le gagnant Zack ! Mon fiston, tu es très bon, tu es sans doute le meilleur de cette classe. Ayant gagné ce tournoi, tu es sélectionné pour aller jouer la place de meilleur guerrier Art Martial de Berlin ! » finit t-il tout sourire.

Les élèves furent scotchés, ce tournoi était le plus important de leur catégorie et l’un d’entre eux allait y participer ; ils applaudirent. Thomas fit de même par respect mais il savait que si on lui avait laissé participer, il aurait pu lui aussi y aller. Dégoûté, il irait parler à la fin du cours à son professeur : c’était devenu inadmissible ! Mais cette idée s’évapora lorsqu’il entendit ceci :

« Ah ah ! Mais avant, tu as certes gagné ce tournoi mais nous ne savons toujours pas si tu es le meilleur de cette classe. J’annonce la finale de ce tournoi : Zack contre Thomas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Fusion

avatar

Van
Fusion

Nombre de messages : 1265

Age : 23

Localisation : Behind you ! Believe it !

Date d'inscription : 08/07/2009


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 56.760
Niveau: Niveau 272 (+30)



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Lun 28 Déc - 12:37

Alicante= 104 lignes= 10.400 xps= 5.200 Zénies
Revenir en haut Aller en bas
http://lerpg-dbz.forums-actifs.com/forum.htm
Guerrier Suprême

avatar

Jozuro
Guerrier Suprême

Nombre de messages : 2175

Age : 24

Date d'inscription : 18/12/2008


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies:
Niveau:



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Lun 28 Déc - 12:40

Chapitre Troisième

La surprise était générale, Thomas avait soudain le visage émerveillé par cette décision inattendue. Son professeur l’avait emmené directement en finale et fait bâclé toutes les épreuves précédentes. Mais comme tout les élèves il ne comprenait pas grand-chose à ce choix, Zack lui ne signifiait aucune opposition. Bon joueur, il accepte le duel cependant avant de commencer ce combat auquel il ne s’était ni préparé ni attendu Thomas se dirigea vers Monsieur Janot pour lui demander des explications. Celui-ci lui dit : « après, après, combat ». Thomas un peu bête sur le coup, fit ce qu’on lui dit et tous les élèves s’assirent au-delà des tatamis. Thomas faisait face au plus combattant le plus difficile de ce cours mais pas imbattable pour lui. Cependant son adversaire avait effectué un échauffement digne de ce nom, des combats certes pas très compliqués mais c’en étaient tout de même et très concentré. Thomas n’avait rien de tout ça, ni échauffement – si ce n’est de se prendre des coups et une gifle douloureuse – ni combat, ni même la concentration. Il ne s’y était pas préparé. La surprise était générale, Thomas avait soudain le visage émerveillé par cette décision inattendue. Son professeur l’avait emmené directement en finale et fait bâclé toutes les épreuves précédentes. Mais comme tout les élèves il ne comprenait pas grand-chose à ce choix, Zack lui ne signifiait aucune opposition. Bon joueur, il accepte le duel cependant avant de commencer ce combat auquel il ne s’était ni préparé ni attendu Thomas se dirigea vers Monsieur Janot pour lui demander des explications. Celui-ci lui dit : « après, après, combat ». Thomas un peu bête sur le coup, fit ce qu’on lui dit et tous les élèves s’assirent au-delà des tatamis. Thomas faisait face au plus combattant le plus difficile de ce cours mais pas imbattable pour lui. Cependant son adversaire avait effectué un échauffement digne de ce nom, des combats certes pas très compliqués mais c’en étaient tout de même et très concentré. Thomas n’avait rien de tout ça, ni échauffement – si ce n’est de se prendre des coups et une gifle douloureuse – ni combat, ni même la concentration. Il ne s’y était pas préparé. Monsieur Janot ne donna aucune indication, ni conseils à l’un comme à l’autre comme il avait pu le faire auparavant à la finale. Thomas, réajustant sa tunique blanche, était face à Zack, le regard sévère et tentant de se concentrer le peu de temps qu’il pouvait. Son adversaire déclencha les salutations, Thomas enchaina lui aussi du salut d’entrée se penchant bien bas au point que leurs têtes se frôlèrent. Les deux combattants étaient prêts, le duel pouvait donc commencer au coup de sifflet de Monsieur Janot. Une fois que celui-ci retentit Thomas se positionna de façon à récepteur les coups mais il n’était pas du genre à attendre que ceux-ci arrivent comme le font les autres d’ailleurs ça n’avait jamais fonctionné contre Zack qui est, et il le sait, un très très bon frappeur. Les pieds en mouvement constant, les deux adversaires tournèrent en harmonie quand soudain Zack s’arrêta Thomas suivit le mouvement et les deux guerriers se firent face, relâchant leur garde pour s’affronter sur le plan moral. Les yeux dans les yeux, on attendait que l’un ou l’autre déclenche le premier coup. En temps normal ce serait Zack mais il ne fit rien et ce dernier ne bougeait pas d’un poil. Soudain d’un geste vif Thomas tenta une balayette, que son adversaire esquiva d’un petit saut ; dans le mouvement celui-ci tenta un coup de pied sauté à la tête de son ennemi qui se releva à une vitesse impressionnante et fit un pas rapide de côté pour échapper au coup. Voilà les premiers assauts très démonstratifs de ce qu’allait donner ce combat hors norme. A nouveau en position défensive, les deux combattants lancèrent des offensives à la volée, poings et pieds se bloquèrent sur les avant-bras ou les genoux de l’un et l’autre lorsque Zack réussit à attraper le poignet de Thomas et le fit choir d’une balayette des plus simples. Au sol, sur le postérieur, le jeune homme se trouva assez ridicule mais cela ne fit rire personne dans la salle ; les élèves étaient surtout impressionnés par la vitesse des coups donnés et des parades utilisées contre celles-ci. Zack laissa le temps à Thomas de se relever alors qu’il se positionna en position d’attaque cette fois-ci, les poings serrés. Loin d’être intimidé, Thomas fit de même. Il trouvait dommage d’avoir si peu de place sur le tatami pour frapper son adversaire, au moindre faux mouvement il pouvait se retrouver dehors comme c’eut le cas de ce pauvre Toni au premier combat : éliminé pour sortie des limites du terrain. Mais il fallait faire avec et d’un coup de pied très haut Thomas réussit à taper la poitrine de Zack qui déséquilibré manqua de tomber dans les sorties du terrain. Thomas et lui le savait bien, le seul moyen de gagner était de faire sortir l’autre ou de le maîtriser au sol. Les élèves eurent un moment de grande inspiration, le combat aurait pu s’achever à cet instant. Alors qu’ils continuaient encore leurs paris, Monsieur Janot lui, sifflet à la bouche, l’œil observateur, ne disait pas un mot et contemplait le combat entre ses deux meilleurs disciples. Zack assez frustré de s’être fait avoir si facilement attrapa les deux poings de Thomas, lança un coup de genou en plein estomac qui fit tomber Thomas à genoux et le fit basculer hors des limites mais Thomas bien moins idiot que ses camarades ne se laissa pas emporter par l’apesanteur et mis ses sur les limites du tatami puis poussa sur tout le long de son corps. Il était maintenant la tête à l’envers, les bras exerçant le travail des jambes qui servaient elle à tenir l’équilibre, la position inconfortable ne lui laissa que quelques petites secondes pour se dégager de ce mauvais pas. Poussant une nouvelle fois sur ses biceps et triceps il fit un léger saut qui le fit arriver derrière Zack, celui-ci en très mauvaise posture ne manquant pas de se prendre un coup de pied très puissant dans le dos qui l’éjecta très loin du tatami : hors des limites. Le combattant fut pris au piège à son propre jeu, sa propre technique. Tous ébahi par une telle technique qui n’avait pratiquement plus rien d’un Art Martial mais plutôt d’un jeu de cirque ne dirent pas un mot dans le silence alors que Zack se releva difficilement de cette chute violente. Monsieur Janot siffla la fin de la rencontre, Thomas était vainqueur de Zack. Celui-ci fit un petit « bravo » à Thomas, il était très déçu mais acceptait la défaite : chose qu’il ne ressentait pas souvent pourrait-on dire. Le maître rassembla tout le monde devant lui, assis sauf Zack et Thomas, il dit étonné lui-même :

« Nous avons le gagnant du tournoi : Thomas ! Félicitations à lui, c’était un très beau combat même si sur la fin je n’ai pas trop compris ce que tu nous a fait, on a jamais appris ça ici ? M’enfin, quoi qu’il en soit, les règles de l’Art Martial n’interdit en aucun cas ce genre de geste funambulesque. Tu es donc le gagnant de ce tournoi et ce sera toi qui représenteras l’établissement au Tournoi d’Art Martail à Berlin. Bravo, tu le mérites. » termina Monsieur Janot encore un peu curieux du geste de son élève.

« Non je n’en veux pas. » rétorqua Thomas, frustré, vexé. « Je n’aurais pas dit non si on m’avait laissé commencer le tournoi depuis le début et puis je n’en ai pas envie alors je laisse Zack y aller, il sera mieux que moi. »

« Tu es sûr de ta décision ? Nous la respectons mais tu ne pourra plus revenir en arrière… » dit Janot, non surpris par la décision de Thomas à laquelle s’y attendait-il peut-être.

Thomas acquiesça et le sourire revenu au visage de Zack comme un rayon de soleil dans les ténèbres. La fin du cours retentit dans la salle et le professeur souhaita aux jeunes gens de passer un très bon week-end. Alors que celui-ci commençait à ranger le matériel et que tous les élèves encore surpris par tous ces évènements et par ce cours inhabituel sortaient, le jeune homme dénommé Thomas Polpot s’approcha de son Maître d’Art Martial. Il ne comprenait toujours pas pourquoi toutes ces décisions et il se devait de lui parler d’une chose très importante, qui le tracassait depuis un petit moment mais il avait peur d’en parler à son professeur. Mais à qui d’autres se disait t-il ? Il était déterminé et à la limite, si on le prenait pour un fou ; ça ne changerait pas grand-chose à l’état actuel des critiques dont on lui faisait part à l’école et au lycée.
Revenir en haut Aller en bas
Fusion

avatar

Van
Fusion

Nombre de messages : 1265

Age : 23

Localisation : Behind you ! Believe it !

Date d'inscription : 08/07/2009


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 56.760
Niveau: Niveau 272 (+30)



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Lun 28 Déc - 14:07

Alicante= 78 lignes=7.800 Xps= 3900 Zénies
Revenir en haut Aller en bas
http://lerpg-dbz.forums-actifs.com/forum.htm
Guerrier Suprême

avatar

Jozuro
Guerrier Suprême

Nombre de messages : 2175

Age : 24

Date d'inscription : 18/12/2008


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies:
Niveau:



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Lun 28 Déc - 17:50

Chapitre Quatrième

Dans le dos de son professeur, Thomas commençait à douter mais en même temps, il réfléchissait par où commencer, quoi dire et surtout comment le dire. Quand soudain, Monsieur Janot remarqua sa présence et sans se retourner lui dit d’un ton fatigué et las :

« Que veux-tu Thomas ? Savoir pourquoi je t’ai fais combattre en tout dernier ou la raison pour laquelle je t’ai fais un tel entrainement ? »

« Euh… les deux s’il vous plait. Enfin, si vous le voulez bien, bien entendu mais j’aimerais vraiment savoir pourquoi. J’ai trouvé votre attitude bizarre aujourd’hui professeur, je me trompe ? » tenta le jeune homme.

« Si tu te trompes ? Je ne sais pas… Peut-être oui, ou peut-être que non. Reprenons une par une tes questions Thomas » dit-il en se retournant pour faire face à son meilleur élève et affronter son regard. « La raison pour laquelle je t’ai fais cet échauffement si rude est car je ne te veux plus avec mes autres élèves. Tu ne t’échauffes pas assez, ou en tout cas pas comme tu le voudrais et comme je le voudrais et tu en es conscient. Tu es aimable, très sociable et je suis sûr que tu répondrais le contraire si je te proposerais de ne plus t’échauffer avec l’un d’entre eux… même Zack. Alors j’ai profité de l’occasion pour te montrer ce qu’était un vrai échauffement de grand pratiquant d’Art Martial. Un échauffement comme il se doit, ça t’as paru peut-être un peu rude et surtout dur pour un échauffement mais hélas c’en était un crois-moi ; les combats sont bien plus complexe. Alors certes, j’ai été maladroit, stupide. Ca t’as tellement paru anormal que tu m’as cru bizarre aujourd’hui. Je t’avoue en effet que j’ai été différent mais tout comme toi tu l’es, n’est-ce pas ? »

Et avant que Thomas ne réponde à cette question qui lui semblait assez étrange, Monsieur Janot l’interrompit dans le but de lui faire écouter ce qu’il avait encore à dire, ce que respecta le jeune garçon et se tut dans le silence et l’écoute apporté à son Maître.

« Ensuite, la raison pour laquelle je t’ai fais combattre en dernier est tout simplement que tu aurais gagné ce tournoi haut la main je le sais ! Même Zack n’aurait eu aucune chance face à toi, si si tu m’entends bien : même Zack. Avec un véritable échauffement, des combats démesurés à ton actif, le duel n’aurait pas bien duré longtemps alors je t’ai fais combattre en dernier et de cela par surprise. C’était encore mieux, tu ne t’y attendais même pas, tu n’étais pas concentré. Mais tout de même tu as regardé les duels attentivement, c’est un bon point déjà ça. Et euh… qu’est-ce que tu voulais savoir d’autres aussi ? Ah oui, pourquoi j’étais bizarre aujourd’hui. Ca fait un moment que je ne me comporte pas comme à mon habitude et contrairement à ce que j’ai pu entendre, ce n’est pas pour des raisons personnelles et familiales. Celles-ci ne regarde que moi et sont enfouis au fond de moi, je ne vous ferai pas subir mes soucis ! Je préfère être égoïste et les garder pour moi-même et puis à votre âge, je pense que vous en avez d’autres en têtes. Non en fait, j’ai remarqué depuis quelques cours que tu avais quelque chose de différent des autres, non pas ta couleur de cheveux ou parce que tu n’es pas de leur même état d’esprit ! Je ne parle pas de cette différence, je parle de celle qui fume autour de toi, celle qui se sent. »

« Je ne fume pas professeur vous savez ! » rétorqua t-il.

Monsieur Janot ria aux éclats ce qui eut pour effet de vexer un peu le jeune élève qui ne comprenait pas lui et avait l’impression que l’on se moquait de son ignorance alors que son maître en avait presque la goutte à l’œil. Mais cette image réconforta dans un sens Thomas qui voyait enfin son professeur sous les grands jours, celui qu’il avait il y a un mois ou même deux semaines. Un professeur joyeux, qui aime rire et travailler les Arts Martiaux, quelqu’un d’agréable et d’amical.

« Non, non ! Cela n’à rien avoir ! Je ne dis pas que tu fumes, qu’est-ce que c’est que cela ? » reprit-il, toujours en rire après cette sottise. « Et après tout, tu fais ce que tu veux. Tu fumes, tu ne fumes pas : c’est toi qui voit ! Non plus sérieusement, je parle de ce que tu dégages en toi. De ton cœur jusque dans le ciel et même au-delà pour ceux qui sont très puissants. Tu ne comprends pas ce que je raconte, je sais mais… je crois que tu n’as plus rien à faire ici, parmi nous. Les Arts Martiaux tu les connais, tu n’as plus besoin d’apprendre davantage, ce serait une perte de temps pour toi et pour l’univers. Ce que tu nous a fait dans le dernier combat ne m’étonne pas, ce n’est pas des Arts Martiaux certes mais c’est du toi. Tu as dépassé le cap. Je t’envoie chez quelqu’un qui saura sûrement mieux t’expliquer et puis après tout t’aider à devenir encore plus puissant. C’est quelqu’un d’assez spécial à première vue mais si tu t’y fais il va t’apporter énormément ! Tu dis que tu viens de la part de Monsieur Janot : il comprendra par contre c’est beaucoup plus loin d’ici. Tu pars immédiatement, tu rentres chez toi, tu prends tes affaires et tu te casses vite fait bien fait à l’aéroport. J’ai déjà acheté un ticket pour un vol allé et pas de retour car tu ne reviendras pas avant des années et des années. Fini les études, tu vas devenir … quelqu’un d’important. Je me charge de convaincre tes parents, je dirais aux élèves que je t’ai viré du club et tu pourras partir loin d’ici perfectionner tes techniques, ton combat, ta puissance, ton savoir et te donner une véritable identité ! N’essaie pas de comprendre je t’en prie et fais-moi confiance. Rentre chez toi, fais tes bagages, ne prends pas trop non plus le strict nécessaire suffira tu ne seras pas perdu en pleine cambrousse là où tu iras et bye bye ! » finit-il dans un geste de salut de la main qui signifiait qu’il devait partir.

« Attendez professeur ! Je… je ne peux pas, comment vais-je faire ? Je n’ai que dix-sept ans et… » protesta Thomas.

« Et, et, et ? Et alors quoi ? Tu ne te sens pas capable de mener ta vie à dix-sept balais ? Tu es un grand maintenant ! Débrouille-toi ! Et tu as intérêt à y aller, sinon gare à toi ! » le menaça t-il tout en le poussant vers la sortie.

Au pallier de la salle de cours d’Arts Martiaux, Thomas ne réfléchis plus et commença à rentrer chez lui pour faire ses bagages, les pensées à ce qu’il devrait prendre et ce qu’il ne devait absolument pas oublier. L’offre de Monsieur janot était très généreuse mais que l’attendait-il donc là-bas ?

« Ah euh… oui, une dernière chose » dit Janot, la porte entrebâillée. « L’homme que tu recherchera là-bas se nomme Tortue Géniale. C’est bizarre comme nom je te l’accorde mais fais-y toi. Et aussi, quand tu sera arrivé, si quelqu’un prénommé Yamcha t’interpelle pour t’emmener avec lui, fais-lui confiance, c’est un ami de ce Tortue Géniale, ton nouveau professeur ! »

« Attendez, une dernière chose Monsieur Janot ! J’ai découvert quelque chose d’assez spécial il n’y a pas si longtemps de cela et ça me trottait dans la tête alors je me suis dit que je devais vous en parler. Je vous prie de ne pas me prendre pour un fou et de m’écouter vraiment… Alors que je m’entrainais chez moi, j’ai un petit punching-ball, j’ai fais quelque chose de bizarre. J’ai sentis un truc dans mon doigt, et je vous jure c’est vrai, ça a fait comme si j’avais envie d’uriner ou un truc du genre et j’ai dégagé de mon doigt… un… laser. » lui expliqua t-il de la façon la plus sincère qu’il put.

« Tiens donc ! Un laser ? N’oublie pas : Tortue Géniale ! Et parle-en lui, il va bien rire ! » termina t-il en claquant la porte, qui derrière celle-ci, on pouvait encore entendre les éclats de rire du Maître d’Arts Martiaux.

Thomas se sentit ridicule, il ne raconterait plus jamais cette étrange histoire, il était passé pour un imbécile une fois : pas deux ! Il fit vite, il avait un avion à prendre d’ici peu.

Fin
Revenir en haut Aller en bas
Fusion

avatar

Van
Fusion

Nombre de messages : 1265

Age : 23

Localisation : Behind you ! Believe it !

Date d'inscription : 08/07/2009


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 56.760
Niveau: Niveau 272 (+30)



MessageSujet: Re: Monsieur Janot   Lun 28 Déc - 20:32

Alicante= 69 lignes= 6.900 Xps= 3550 Zénies

Bonus 5 : 8000 xps supplémentaire
Revenir en haut Aller en bas
http://lerpg-dbz.forums-actifs.com/forum.htm


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Monsieur Janot   

Revenir en haut Aller en bas
 

Monsieur Janot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG-Dragon Ball Z :: RPG :: Terre :: Ruines de la ville centrale-