Bienvenue sur le RPG-Dragon Ball Z de référence ! Bonne ambiance et rpg palpitant garanti!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayans

avatar

Broly
Sayans

Nombre de messages : 102

Age : 21

Date d'inscription : 22/07/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 74.550
Niveau: 83



MessageSujet: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Sam 27 Aoû - 9:11





Dame en détresse








Le prisonnier numéro 69 de la planète Ginyu était ma mission du jour. Mon But était de sauver cette personne à la demande de sa famille, qui m'avait contacté quelques temps après mon départ de la cité aérienne de la planète Aegis sur cette planète qui avait pour nom en honneur du possesseur, un certain Ginyu Tokusentai qui voulait sans doute rester en tant que légende en ce monde. La femme du Sayan m'avait demandé de le protéger comme pour ma propre vie, une femme qui n'avait plus assez de moyen pour aider ses deux enfants dont une fille, et un garçon qui avait une queue en mémoire de leur père.

La femme se tenait là, affalée sur son vieux tas de bois pourri qui servait de canapé, elle ressemblait presque à une terrienne, le visage pâle de cette dernière se distinguait de l'obscurité de sa petite maisonnette insalubre. Elle abordait sur elle une de ces tenues qui ressemblait à celles des carmélites, c'est-à-dire ces tuniques noires et blanches à l'intérieur. La pauvre dame s'agenouilla devant moi tout en se courbant vers le sol qui n'était carrelé qu'à moitié. Elle fit signe à ses mômes de la rejoindre. J'avais remarqué que sa petite fillette possédait sur tout le long de son corps des traces pas très banales, ainsi que de vielles traces de poussières de charbon délaissées sur son visage pleurant aussi. Le garçon, lui, avait encore la fameuse arme sayenne, la queue de cette malédiction du Oozaru. Je vois... cette famille mal logée était donc d'origine sayenne. Je restais néanmoins immunisé à leurs pleurnichements et leurs sales mines. Enfin... du moins jusqu’à ce que...

" Je vous en supplie jeune guerrier aidez moi et faites évader mon mari en échanger de 5 Zénies pour vous. "

" Humm... Si cela me permettrais de me dégourdir assez mes jambes, je peux vous le ramener."

La dame semblait complètement émue mais triste en même temps, deux choses que je n'aimais pas vraiment. Mais cette dame m'inspirait une sorte de... pitié. Ses yeux ébahis devant moi me rappelait encore le bourrin que j'étais avant. La soif de vengeance m'aveuglait tellement que même mes parents ne pouvaient rien face à moi. Suis-je bête... La maman tint mes mains à genoux, m'implorant rien qu'avec ses yeux cette fameuse requête. Je me mis alors en route vers ce fichu camp de travail ou le Sayan demeurait incarcéré. Un petit chemin en pierres d'églises de l'ancien temps allaient me conduire directement vers cette prison de malheur. Une cinquantaine de pas ou plus que je faisais quand survint soudainement une voix qui me paralysait...

* K--k-k-Kr... Vegeta !? *

Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Végéta
Sayans

Nombre de messages : 188

Age : 19

Date d'inscription : 21/03/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 26.250
Niveau: 82



MessageSujet: Re: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Dim 28 Aoû - 20:35




» Coca Coola :.






[Le RP se passe avant le combat contre chewing-gum:) ]

~ Flashback...

Coca Coola était un sayan qui méritait largement tout mon respect, ce valeureux combattant avait guidé mon peuple vers la victoire. C'était un chef de guerre très compétant. Coca, ou Coc' pour les intimes était d'une carrure extrêmement imposante, elle dépassait largement ma petite taille. Ce qui faisait alors que je devais voler pour pouvoir lui parler correctement. Coc' possédait une tenue vestimentaire unique en son genre, qui valorisait très bien son grade. C'était un mélange entre plusieurs styles de tenues que mon frère d'arme volait aux peuples qui furent détruits un par un, jours après jours. Ce colosse était chevelu, il possédait les cheveux courts et sombres comme presque tous les sayans. Ce dernier était très réputé pour avoir la force d'une brute, mais.. et bien, l'intelligence d'un âne. Coc' venait souvent chez moi, à la résidence royale, afin de me demander conseil. Ses qualités de combat devaient être à nouveau mise à épreuves lors d'une certaine mission de reconnaissance sur Vegeta 2. Lui et sa troupe s'étaient préparés la veille de leur mission. Vegeta 2 était à l'époque une planète composée d'un gaz étrange, le Nova 6. Et.. nous sayans étions très curieux et désireux en même temps. Mon père envoya alors notre meilleure recrue sur le terrain. J'étais avec eux pour motiver mes soldats avant leur excursion sur la planète qui se nommait avant Vegeta 2 « Dozat ». Mon discours de motivation se termina par un bon cri de guerre bien vivant de la part de l'armée la plus entraînée de l'univers. Ils étaient six, mais malgré ce faible effectif, notre peuple gagnait sans problème. Les six capsules s'envolèrent sur « Dozat », me laissant derrière eux, tout fier. Je retournai chez moi avec le sourire permanent, sans même me poser cette question : « Que va-t-il se passer ? »

~ A présent...

Seulement voilà, je me retrouve sur cette fameuse planète violette sombre. Cela faisait déjà une bonne dizaine d'année que je me rappelle de ce moment là. Moi qui ai l'habitude d'oublier fréquemment ces choses là du passé. Seulement voilà, je m'en souviens encore...

~ Flashback...

La vie de prince me dégoûtait vraiment. J'étais assis sur mon trône, à côté de mon père, qui fut le roi en ce temps là. Son siège était plus élevé par rapport au mien. Le silence régnait sur l'immense salle royale, ornée d'or et de toutes richesses pillés par mon peuple. Cependant, un certain soldat osa interrompre ce silence, ouvrant par la suite la grande porte qui donnait accès directement au long chemin, couvert par un long tapis rouge, qui conduisit le jeune soldat impertinent face à moi et mon père. Nous n'étions pas trop de bonne humeur ni vraiment de mauvaise humeur à ce moment là. Seulement cette entrée fracassante mit moi et mon père dans un état des plus déplaisants. Mon père se mit alors debout, pour placer une kikoha violet basique qui alla exploser sur ce misérable soldat. Pourtant ce soldat portait l'uniforme à notre couleur. Un traite certainement... Je fis signe à mon père de ne point bouger, une sorte de signe pour lui dire que je m'en occupais. Je me levai alors, devant le fameux soldat, qui allait certainement finir dans les pires situations qui soient. Je descendis les marches en rigolant, puis brisai un vitrail., pour ne ramasser qu'un petit fragment de verre. Ainsi débuta la fameuse torture spéciale des sayanjins, j'ouvris la misérable gueule de l'assaillant, puis mis le fragment de verre récupéré. Je fis un coup de poing ni trop fort au cas où il crèverait, ni moins non plus au cas où il ne cracherait pas le morceau. Le sang coulait de la langue du présumé traître, un sourire se forma chez moi, puis je m'écriai tout en rigolant.


« Alors ? T'as quelqu'chose à faire ? Va te faire voir ! »

« Héhéhé.. Dozat, c'est la fin pour vous... K-k-kkk-k Kisama ! »

« Que veux-tu dire par là ? »

« Va te faire voir ! Autant mourir ! »

« ENFOIRE ! Crève !!! GARIKU HÔ ! »


Je fis un coup de poing dans le ventre de l'insolent, puis forma en même temps un rayon violet qui désintégra tout le corps meurtri du pauvre assaillant, mon rayon fut assez puissant pour l'emmener au loin. Seul quelques gouttes de sang tombèrent et ruisselèrent dans mon visage en colère. Je n'étais pas si con que ça, mon père avait lui aussi remarqué le retard imaginable de la troupe Coca. Je criai à mon père, alors que j'étais à cinquante mètres de lui, l'écho retentissait.

« Papa... J'essayerai un jour de les revoir. Dozat reste une planète inconnue à mes yeux... »


~A présent...

Je pensais alors que c'était le moment. Le destin m'a certainement mené jusqu'ici. La planète avait bien changé, elle s’appelait Ginyu à présent. Tiens tiens... Cependant, d'après les données que j'avais recueillis, la planète n'avait pas changé géographiquement. Beaucoup d’événements ce sont déroulés ici, dont la reconstruction de Ginyu par les partisans de Bardack, un survivant sayan. C'était donc lui qui a provoqué la chute de l'empire du Nokatis. Même si je savais déjà que Ginyu, malin comme il est, allait riposter. Et dire que ces partisans se donnent tant de mal... Il faisait moins sombre que ce qu'on m'avait raconté, même si le ciel dégageait quand même un pressentiment que Ginyu était toujours là, certainement dut à la couleur de l’atmosphère. Je devais peut être retrouver Coc', et sa troupe par la même occasion... Je marchais tranquillement sur le sol de Ginyu. J'avais entendu dire dans les chantiers ces certaines rumeurs disant que le guerrier légendaire traînait dans les parages. Certains envisageaient l'aide de Bardack. Mais je savais que Broly avait reprit ses consciences, ses vrais raisons. J'avais donc prévenu les habitants de ne pas s'inquiéter, que j'allais m'en charger, ce qui était faux. Je traversais toute la planète, pour enfin me téléporter vers Broly, qui n'avait même pas changé depuis notre dernière rencontre. Je fis un sourire avant de lui dire.

« Yo ! Que fais-tu là ? »




Dernière édition par Végéta le Mar 30 Aoû - 10:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Broly
Sayans

Nombre de messages : 102

Age : 21

Date d'inscription : 22/07/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 74.550
Niveau: 83



MessageSujet: Re: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Lun 29 Aoû - 1:50





En route vers L‘Action?






La jeune dame pleurait quelques instants avant, se lamentant sur son sort, me suppliant de ramené son mari qui demeurait autrefois Soldat de la garde Royale du Roi Végéta. J’imaginais la souffrance qu’elle ressentait, les personnes que j’avais tué de mes propres mains tel un chien enragé par la colère. La femme se levait alors les larmes aux yeux, ayant salit sa longue tunique noirâtre qui cachait son visage à moitié dans le sombre qui s’installait à l’endroit ou l’on se tenait. Le femme me dit alors en chuchotant à côté de mon oreille d’une voix basse:

« Vous le reconnaitrez car il possède une cicatrice sur l’œil ainsi que le 69 pour numéro de prisonnier sur sa tenue orangée avec quelques rayures noirâtres »

Une Information qui pourrait me servir dans les heures à venir. Quand Une voix familière m’appela soudainement:

« Yo ! Que fais-tu là ? »

Cette voix qui me rappelait plusieurs années de vie à travers toutes ces planètes, fuyant le père de cet personne qui finissait par devenir émotionnellement gentil à mon égard? Je fermais mes yeux riant de la phrase d’amitié qu’il ouvrait, quand je le fixais alors d’un regard banale. Il souriait montrant ses dents blanches sous sa tenue ridicule qui démontrait qu’il venait de la planète des Sayans d’autrefois. Ses cheveux étaient à l’état normal, son aura de couleur violette débordait un peu plus à chaque minute qui passait et son Niveau me rendait effroyablement craintif envers lui.

Le vent commença alors à devenir mouvementé, laissant une fraîcheur tout le long de mon corps musclé et bien actif. Ma taille était toujours un détail frappant quelque soit la situation ou nous l’on se rencontré. La dame aux habilles de none ainsi que ses mômes vinrent alors aux côtés de leur mère. Leur paternel restait emprisonné sur cette planète dans une dés prisons la plus connu de ce peuple pour les méthodes qu’ils employaient pour attrapé un tolard qui pourraient s’évadé à tout instant.

Une tâche que je ne pouvais point accomplir seul, me donnant alors l’idée ou plutôt la solution à cet énigme là: Se servir de la force et de la connaissance en combat du guerrier/Prince Sayan Béjitâ. Un silence s’installait alors quand la dame dit alors d’un ton d’espoir:


« Vous pourriez peut être aider ce jeune homme vous là qui semblez être un Sayan très riche »

La femme s’adressait au jeune Végéta qui était à l’instant même gêné en regardant le ciel. Quand je dis alors à la femme du Sayan:

« J’ai besoin d’aide pour faire évader le mari de cette femme, es tu prêts à m’aider Végéta? »

Disais je d’une voix amicale…
Malgré le temps qui s’écoulait je ne pouvais pensé au passé et à mon père que j’avais tué de sang froid comme si il ne l’était pas. Aider un Sayan serait la seule manière pour ma personne de me racheté dans le temps et dans ce monde afin de devenir moins ingrat que je ne l’étais auparavant. Quand le bruit de pigeons se retentirent dans ce silence émouvant et émotionnellement vide, je m’étirais alors les muscles des bras retournant mes mains dans chaque sens libérant quelques craquements de contractions. Quand je me mettais alors à marcher tout le long du chemin de pierre qui se situait sous mes pieds et sous moi servant de guide vers la prison que l’on dénommait « The Hell » signifiant L’Enfer en français parlant !

~ Subconscient:

* Rappelles toi et essayes de retrouvé cet homme qui est prisonnier dans cette prison*

Le vide de la pensée commençait à disparaitre, les détails que j’ajoutais à chaque informations que je dégottais de la bouche de sa femme me donnait un moyen de reconnaitre en quelques sortes cet individu qui doit être libéré tardivement dans la nuit. Une tenue orangée suivit de tracés noirâtres, une plateforme de prison très comparable à celle des temps anciens comme celle de la planète Végéta qui avait des cages à chaque coins de l’endroit. Une lueur lumineuse du numéro de série du prisonnier était le 69 pouvant immédiatement nous donné la connaissance de la personne sans même la reconnaitre et pour finir une cicatrice sur son œil gauche donnant alors la visualisation la plus complète qu’il soit.

~ /Subconscient !

J’avais à présent une vue complète du Sayan en Danger et je devais désormais attendre la réponse de Végéta pour pouvoir commencé l’aventure la plus étonnante qu’il soit...


Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Végéta
Sayans

Nombre de messages : 188

Age : 19

Date d'inscription : 21/03/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 26.250
Niveau: 82



MessageSujet: Re: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Lun 29 Aoû - 11:38



» Négation :.



C'était bien ce visage pâle que j'avais reconnu, Broly, le sayan légendaire. Il n'était pas si légendaire que ça finalement. Son intelligence complètement bouché s'était dissipé. J'avais un petit sourire par la même occasion. Ce nouveau Broly me plairait bien... Sa taille et tout son physique restait le même, ce géant de cent kilos de pur muscle se tourna vers moi avec un petit sourire. Le sayan légendaire était tenu compagnie par une vielle femme mal vêtue, elle dégageait ce sentiment de tristesse et de peine. Cependant, la madame semblait garder dans ses yeux une lueur d'espoir, définissable grâce à ses yeux complètement ébahis face au fils de Paragas. La dame se tint à genoux, se mettant à pleurer comme une madeleine, laissant ses larmes couler le long des bras musclés du jeune Broly. Ce dernier ne porta alors même pas attention à ce que je lui avais dit. J'en profitai alors pour m'incruster dans cette pièce sombre, qui paraissait être la seule pièce de bâtiment amoché certainement par le temps. La femme rassembla ses enfants, qui se tinrent aussi à genoux devant Broly tout en s'essuyant leurs larmes. Ah pitié ! Ce genre de scène me rappelait encore ces films à l'eau de rose que regardait Bulma quand elle avait terminé de fabriquer son petit bazar technologique. Le petit garçon fut très vite reconnu par moi, c'était l'enfant qui attirait l'être que je suis. Sa queue plus particulièrement. Cette fameuse queue ressemblait à la nôtre, une queue longue et marron sombre que le garçon utilisait pour en faire une modeste ceinture, qui se contentait de serrer les vêtements déchirés et salis par de la terre. La jeune fille avait le regard d'une pauvre enfant, qui n'avait aucune idée de ce qu'elle attendait. J'en déduis alors que ce n'était qu'une pauvre fille jeune qui ignore tout de la vie.



« Vous pourriez peut être aider ce jeune homme vous là qui semblez être un sayan très riche »



« Plus maintenant. La monnaie n'apporte que des malheurs, même si pour certains sont heureux avec... »

« J’ai besoin d’aide pour faire évader le mari de cette femme, es tu prêts à m’aider Vegeta ? »


Je n'avais même pas remarqué en détail la pauvre dame qui se tenait aux côtés de Broly. La pleurnicheuse en détresse portait des habits similaires aux jeunes pèlerins que je croisais souvent. Vous savez.. qui portent les tenues noires et blanches de l'intérieur. C'était une tunique en fait. L'obscurité m'empêchait la bonne vision des visages, même si je pus distingué malgré tout se visage pleurant, la dame continuait de pleurer, mais moins qu'avant, signe d'espoir. C'était à mon tour de n'avoir pas avoir prêté aucune attention envers ce que mon confrère sayan m'avait dis, mais j'eus repris aussitôt mes esprits. Même si lui semblait rêvasser à son tour. J'étais venu simplement pour retrouver un de mes meilleurs soldats perdu certainement sur Ginyu il y a déjà cinq bonnes vielles années, et le hasard a fait que je me retrouve ici, avec mon ancien ennemi, à penser à ce fameux mari qui doit s'évader. Je restais tout aussi pensif que tout à l'heure, c'est-)-dire que je restais les bras croisés, tout en regardant vers le bas, sous le vent soufflant. Je dis alors.

« Non... Finalement, j'ai autre chose à faire. Je verrai ça plus tard »

Ma réponse était négative, je n'en attendais pas moins de moi. La femme semblait choqué du fait de ma réaction ? Je sais mais... j'ai un copain à sauver moi ! Je n'attendis pas alors pour sortir de ce tas de ferrailles grinçant durant tous les coups de vents. Dès que je sortis, je vis la lumière revenir pour le plus grand bien de mes yeux, qui n'étaient pas adaptés à l'obscurité qu'il faisait dans la pièce. Même si il faisait aussi un peu sombre, c'était ça Ginyu. Je survolais toute la planète à vive allure, afin que je puisse voir l'aspect général de la planète. Celle-ci n'étais pas très grande, même si elle était, comparée à la Terre, deux fois plus grande ! Il y avait énormément de poussière dans ce coin là, certainement à cause des constructions incessantes des partisans de Bardack. L'odeur était répugnante par ici. Je ne savais même pas d'où venait cette couleur violette du ciel. Je savais qu'il y avait une couche spéciale qui permettait de b loquer le passage du soleil, du moins, de quelques rayons de soleil. Ce qui était plutôt un atout majeur pour les pauvres travailleurs de Mushakitai, les défenseurs du bien... Le vent froid allait contre mon sens, les cheveux suivaient donc le sens du vent, mes deux bras allongés sur tout mon corps. Mon voyage ne fut pas bien long ? J'espérais ne pas paraître pour un con devant les reconstructeurs avec la puissance que je dégageais au dessus d'eux. Toujours en plein vol, je pus admirer néanmoins les différents lieux géographiques que comportait cette planète en majeure partie aride. Je pus apercevoir le plus grand désert de cette planète, bizarre, ça paraissait agité par là-bas... Tant pis, je verrai ça un jour . Puis vint les usines désinfectés, qui étaient placés côtes à côtes. Je ne savais pas si « désinfecté » était le bon mot pour l'associer avec ces vielles usines, plantés au beau milieu d'un désert. Vint finalement la chose la plus merveilleuse qui soit... la chute de Ginyu. Son symbole, réduit en poussière par un sayan. C'était un Nokatis qui a réussi à se relever, pour fonder à son tour un empire quasiment parfait pour lui. Et dire que je l'avais combattu... Bref j'en avais marre, je n’allais pas utiliser toute ma réserve d'énergie débordante quand même ! Je choisis un endroit au pif, pour tomber finalement dans une sorte de prison. Tiens tiens, justement... Un vieux pénitencier, rien de mieux que de faire sortir tous ces prisonniers...

* Héhéhéhé *


Dernière édition par Végéta le Mar 30 Aoû - 10:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Broly
Sayans

Nombre de messages : 102

Age : 21

Date d'inscription : 22/07/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 74.550
Niveau: 83



MessageSujet: Re: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Mar 30 Aoû - 3:18





The Hell






La dame en larme se mettait alors à posée une question à Végéta. celle-ci lui demandait de me suivre dans la quête de libérer son mari qu’elle voulait tant revoir. Chaque goute qui coulait sur mes bras me mettait un frisson dans le dos. Ses enfants se mettaient également à pleurnicher devant moi comme pour me faire accepté cette demande, alors que j’avais accepté ils se levèrent tantôt me fixant avec quelques larmes de joie et d’espérance. Je demandais par la suite au jeune Prince ou plutôt Roi si il voulait m’aidé quand celui-ci déclina mon offre ainsi que celle de la dame. Je pouvais distingué que la seule chose qui pouvait intéressé Béjitâ était la queue de l’enfant qui marquait si l’on pouvait dire la malédiction des Sayans du monde entier. Malgré cela le jeune enfant ne se rebellait point et se transformé en gorille géant d’Oozaru car les nuages grisâtres suivit d’un gaz violet qui contrait le soleil et ces rayons.

Quand Le Sayan Végéta s’était mit à plané dans les airs quelques instants après, libérant alors son Ki/aura se déplaçant à toute vitesse dans les airs laissant la petite famille de la pauvreté surprit par sa technique de vol, la dame elle était comme perdu dans ses pensées me donnant la possibilité de partir en route vers cette fameuse prison qui se situait au Nord de la maison de la famille que je commençais à côtoyé. Un temps plus tard Béjitâ avait disparu et cela ne m’étonnait pas vu la vitesse à laquelle il avait démarré, je ne voulais point gaspiller mon énergie que je me mettais en route vers la prison. Une bonne demi-heure de marche, un marathon qui commençait ? Mes pieds commençait à sentir un mal profond qui créait quelques problèmes lors de mon parcoure suivant la route en roche volcaniques qui ne pouvait que de me conduire à la prison.

J’arrivais peu à peu près d’usines infectées qui rejetaient de la fumée et le gaz qui bloquait les rayons de soleils en même temps au beau milieu d’un désert suivi de poussières dérangeantes. En allant un peu plus loin une cage se montra soudainement devant moi, une petite tour d’environ 4mètres de hauteurs qui avait sur son toit 4 micro qui servaient sûrement pour prévenir les prisonniers ou pénitenciers. 10 gardes se trouvaient à l’extérieur portant des tenues que les Tsufuls avaient créer pour les Sayans ainsi que des casquettes qui cachaient leurs visages. Ils avaient tous une force banale pour moi mais n’étaient pas plus fort pour autant. Alors que je fixais au loin les gardes, je me mettais alors à m’adressé à celui qui se situait au centre:

« Bonjour Monsieur, j’ai droit à une visite avec le prisonnier 69 »

Ils me fixaient en rigolant machiavéliquement tel des pervers excités qui ne pouvaient s’empêcher de pensé à des choses mauvaises. Quand ils me dirent alors:

« Ah Ouais, A Combien il t’a prit ? T‘es torse nu en plus avec un déguisement de Moyen Age !»

Je ne disais rien et je tentais de fermé ma bouche me demandant se qu’ils voulaient bien dire par là ! Pensaient ils que j’étais un… Oh Erk. Rien que d’y pensé je pouvais déjà vomir au sol mais je devais à tout pris rentré dans cette prison qui restait bruyante et invivable. Ils m’ouvrirent alors le portail quand je me dirigeais alors vers la cellule du prisonnier 69 à l’aide d’un autre garde qui me conduisit. Quelques temps plus tard je n’eus point le temps de voir le prisonnier car c’était l’heure de l’exploitation des hommes dans le Camp de Travail ou l’accès restait difficile à y pénétrer.

- Le prisonnier se trouve dans le C.D je vais vous y conduire !

« Mais à présent vous serez obliger de faire le travail comme les prisonniers si vous voulez rester dans le Camp de Travail »

« Mais!? »

« Il n’y a pas de MAIS, alors soit vous vous bougez ou soit je vous botte votre cul à coups de pied aux fesses ! »

« Ok ! Je me bouge alors »

Je prenais par la suite une pelle creusant le sol avec force et vitesse en attendant de retrouver 69. Le temps passait quand une personne vint soudainement puis me dit:

« Hey…Toi…Pss Pss. T’es un nouveau ? J’ai un Plan pour nous évader moi et Coc’ avec Jin & Suke car j’ai le plan sur la peau ! Mon tatouage signifie un plan d’évasion donc… Je m'appelle Ball»

Qui était ce gars là? Je n’en savais rien mais je devais à tout pris sortir. Je le fixait alors en souriant quand il me dit:

« Trouve nous une sortie et j’te choppe le prisonnier 69 »

Me disait il en faisant un clin d’œil. Je ne pouvais plus attendre il fallait que j’agisse au plus vite.
Quand je partais alors un peu plus loin allant taper sur des roches à côté de l'homme qui avait pour nom (Ball) car c'était un voleur de Balles les plus riches du monde et qu'il avait par la suite des balles technologique qui emmenaient des choc électriques ayant tuer plusieurs personnes. Les gens ne pensaient qu’à taper sur des roches marrons qui auraient servi pour la construction de la maison du Boss de cette prison là. Béjitâ se trouvait aussi dans la prison et il souriait avec un air pensif.

«T'es toujours là ? »

Disais je à ce Béjitâ qui revint alors dans le monde actif semblant avoir pensé à quelque chose. J'attendais désormais le Bon moment pour retrouver ce prisonnier et me barrer de ce trou à rat de malheur. Aucun plan ne me traversait l'esprit seul balancé des Kikoha dans la prison me tourmentait le crâne. Quand une personne se mettait alors à me dire:

"Salop là donnes moi tes bracelets d'ors ou je te tue compris?"

Un prisonnier m’ordonnait de lui donné mes bracelets en or qui restaient les seuls objets de mon passé. Il avait une moustache le rendant plus moche qu’il ne l’était déjà, avec des cheveux longs et noirâtres qui allaient jusqu’à son Cou. Avec la Tenue identique que celle des prisonniers il était sûrement la racaille de la Prison et il était entouré de plusieurs hommes autour de lui qui n’attendaient que la bagarre. Je souriais en face de lui, quand j’enchainais alors plusieurs coups sur cet homme avec peu de force sur le ventre du prisonnier pour finir avec une boule de Ki explosive qui l’emporta dans les airs. Tout le monde me fixaient à part les gardes qui eux étaient en pause de diner comme tout les humains de la Terre. Ball me fixait alors avec surprise quand il me dit alors:

« Encore Mieux »

Il était avec ses deux amis qui me fixaient avec tant de assurance sur l’évasion qui allait se produire dans quelques minutes. Un ennemi en moins qui n'allait m'embêter dans cette cage ! Végéta allait il m'aider? On le saura plus tard...

Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Végéta
Sayans

Nombre de messages : 188

Age : 19

Date d'inscription : 21/03/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 26.250
Niveau: 82



MessageSujet: Re: Sayan en Danger [Rang IV] [PV: Végéta]   Mar 30 Aoû - 10:17





» Wood et moi, sommes pareils :.





La prison était juste devant mes yeux. C'était une sorte d'assemblage de cinq bâtiments. Il y avait quatre longs bâtiments qui formaient un carré tandis qu'à l'intérieur de cette structure architectural, se trouvait un immense dôme en verre, qui était très reconnaissable de là où j'étais. Les rayons du soleil qui arrivaient bien sûr si ils le pouvaient à pénétrer se mettaient à refléter au contact de l'immense verre en forme de demi cercle. Cette prison était différente à ceux que la Terre avait construite. Cette prison était plus qu'une prison, celle-ci était tellement mieux gardée que celles qui appartenaient aux Terriens. Aucune issue était possible d'après ce que je voyais, des caméras étaient installées un peu partout, chaque angle était surveillé par une troupe de soldat armée, qui discutaient entre eux à l'ombre, bien au frais grâce à une tourelle qui se plaçait juste derrière le béton armé du gigantesque mur qui me séparait moi et le pénitencier. Je vis alors quatre soldats, alignés, devant la porte principale, armés eux aussi de fusils d'assauts, avec comme motif une simple couleur violette, peut être pour se dissimuler dans les airs, ou pour une autre raison. J'avais remarqué néanmoins que toutes les choses qu'utilisaient ces salauds de soldats venait de notre technologie... Cette remarque m'avait donné une idée à laquelle je pensais depuis tout le temps que je regardais cette structure semblable à notre prison sayenne. J'allai voir les quatre gardes, qui restaient droits et froids devant moi. Le vent soufflant, je m'écriai.

« Tiens tiens, il y a-t-il un certain Coca Coola par ici ? Ou... si vous me mentez, vous savez bien ce que je pourrais faire de vous, non ? »

Les soldats se mirent à rire assez calmement, ce qui ne me plaisait pas du tout. Je poussai un petit cri de rage envers ces quatre soldats, je fonçai mes sourcils, puis mettais enfin mes poings au niveau de mon bassin. Comme par hasard ces gardes s'arrêtèrent à rire, même si ils gardaient tout de même le sourire.

« Oui il est là, tu peux vérifier héhéhé »

« Merci... »

Je me frayai un passage entre ce petit groupe de gardes extérieurs, seulement, alors que je dépassais le seuil de la porte automatique en métal, les salauds qu'étaient les soldats se mirent à me frapper derrière ma nuque, je sentis cette énorme coup de métal se fracasser derrière mon cou je ne sais comment, puis là, noir total...

« Une goutte d'eau.. Huh ? Qu'est ce qu’est que ça ? »

Je me réveillai alors brusquement, grâce à quelques gouttes d'eau qui ruisselaient tout le long de mon visage. J'eus le réflexe de me lever, prêt à combattre, oui, c'était un réflexe sayan... Mais, il n'y avait rien. Je m'étais réveillé dans une grotte, sombre et qui n'avait que pour bruit d'ambiance celle des gouttes d'eau qui tombaient, seconde après seconde. Je pensais que j'étais seul, jusqu'à ce que je me fasse frapper par un inconnu, je me reçus alors le coup de poing sans même savoir connaître l'assaillant... Mon combattant profitait du noir qu'il faisait pour m'avoir en traître, je lâchais beaucoup de sang, le combattant mystère me dit tomber par terre, sur le sol poussiéreux dont j'avalais quelques fois ses composants. Je souffrais de plus en plus jusqu'à ce qu'un homme certainement de bon cœur vint et cria alors.

« C'est bon Wood ! J'ai d'la lumière ! »

Un petit bruit de craquement résonna en échos, j'entendis par la suite le bruit que le feu fait lorsqu'il apparaît. Soudainement une lueur orangée apparut dans cette minuscule grotte. Je pus découvrir le lieu où j'ai dormis je pense il y a de bonnes heures. C'était un grotte qui se remplissait d'eau petit à petit, je me relevai alors, les vêtements tâchés de boues, je fis un droite-gauche un peu partout pour alors apercevoir deux-trois pelles ainsi que du charbon. Je tentai alors un coup de poing face à mon assaillant, eh bien c'était loupé... Le dénommé Wood d'après ce que j'ai entendu prit sans trop de difficulté ma main puis commença à la broyer jusqu'à ce que son accompagnateur ne montre son visage puis il prit ma main à son tour, mais.. lui, l'avait pris avec moins de force, il me dit...

« Vegeta ! Qu'est ce'tu fous là !? Eh bien t'as pas bonne mine. »

C'
était Coc' ! Je l'avais retrouvé par miracle, Le destin s'était acharné sur moi et m'avait ordonné de rentrer dans ce pénitencier à la con. Wood lâcha ma main subitement, je regardais les deux hommes qui me fixaient aux aussi. Ce Wood avait les cheveux sombres ni trop longs, ni trop courts, ni trop gros, ni trop mince. Ni trop musclé, ni trop faible. Ce dernier avait une barbe noir qui suivait tout le long de sa joue gauche jusqu'à sa joue droite. Il avait les yeux revolvers, le regard qui tue. Il paraissait comme moi, un vraie gars qui sait se battre ! Coc' lui... n'a pas changé du tout, à part la barbe qu'il avait acquis depuis notre dernière rencontre. Coca avait gardé sa carrure de colosse, l'ex- chef de guerre avait conservé sa tenue de sayan, à laquelle il avait rajouté des pics afin de transpercer ses ennemis avec. Ce gars était un génie. Je répondis alors.

« On s'en branle de la mine. »


Moi et Wood nous nous contentions juste un échange de regards, Wood prit parole ensuite, nous étions alors replongés dans le noir total...

« Héhéhéhé Coc', tu m'as jamais dit que tu connaissais un gars comme lui ! »

Coc' répondit par la suite, tout en toussant.

« J'ai p'tet oublié, mais on devrait se magner avant que les soldats ne nous choppe ici, on va rejoindre le camp de travail principal... »

Je fus alors conduit dans le noir par Coc' et mon nouvel ami, Wood, nous traversâmes le tunnel qui ratachait l'extérieur et la grotte, qui était au fait un piège de la part des soldats. L'eau montait de plus en plus, alors que nous avions déjà quitter les lieux, ça serait dans ces moments là que je dirai un grand « Ouuuuf ». Nous quittions un univers sombres pour revenir comme avant, avec un peu de lumière. Je me retrouvais enfin à l'air libre, j'étais considéré comme prisonnier à présent. Je me trouvais en compagnie de mes deux amis, tous les trois munis d'une pioche. On traînait un peu partout tout en faisant mine de travailler devant les soldats qui nous surveillaient. Le sol était composé que de terre et de poussières, comme dans la grotte. Mais c'était plus agréable bien sûr que dans la grotte. Au loin, j'avais aperçu une silhouette que je reconnaissais, Broly. Hahahaha ! Je ne l'avais jamais vu dans une telle posture, Nous fonçâmes, moi et mes deux copains vers Broly, ce dernier était sur le point de se faire agresser par un groupe de racaille
.

« Wood, Coc', j'pense qu'on va devoir se présenter en tant que renforts... »