Bienvenue sur le RPG-Dragon Ball Z de référence ! Bonne ambiance et rpg palpitant garanti!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Destinée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayans

avatar

Veguito
Sayans

Nombre de messages : 853

Age : 23

Localisation : Albi

Date d'inscription : 08/08/2010


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 104 450
Niveau: 89



MessageSujet: Destinée   Dim 15 Jan - 19:49



    --- Destinée ---
    1 - Démoniaque


    « On se retrouvera, Son Gokû ! »


    Ainsi furent les mots du démoniaque Piccolo Daimao. Du moins, sa réincarnation. Il venait d'essuyer une défaite terriblement humiliante face à celui qui avait réussi à ôter la vie de son Démon de père, lors du vingt-troisième grand tournoi du monde des arts martiaux, le Tenkaichi Budokai. Il était pourtant si sûr de lui. Comment ce petit nabot avait-il pu gagner autant de puissance en seulement trois courtes années ? C'était tout bonnement impossible à croire. Mais le pire dans tout ça, c'était que ce foutu salopard prétentieux avait osé l'épargner, lui, la plus grande menace du monde, lui volant toute sa dignité. Ça n'allait pas se passer comme ça ! Piccolo fit alors le serment de devenir beaucoup plus fort, et de prendre sa revanche à jour !

    À nouveau en pleine possession de ses moyens, grâce au pouvoir magique et spectaculaire du senzu, Piccolo s'envola le plus loin et le plus rapidement possible, voulant mettre un maximum de distance entre Son Gokû et lui. Il ne reviendrait vers lui qu'une fois qu'il l'aura dépassé, pas avant. Il y arriverait, coûte que coûte ! Alors Piccolo volait, volait et volait encore, sans jamais s'arrêter. Il pouvait ainsi observer une grande partie de la Terre, celle qu'il rêvait de gouverner. Mais aucun endroit ne lui plaisait. Où était passé le monde de peur, de destruction et de désolation que son père avait laissé derrière lui avant de se faire emprisonné dans ce fichu auto-cuiseur, suite au Mafuba du maître d'arts martiaux Mutaito ? Combien de temps s'était-il donc passé durant cette ellipse dans sa vie antérieure ? Jusque là, il ne s'était jamais posé la question. Il n'avait eu que la conquête du monde et la victoire sur Gokû en tête. Mais ce dernier se révélait un obstacle infranchissable dans l'instant. Il était devenu un véritable ennemi.

    À présent, le Démon avait du temps pour se remettre en question, avant de pouvoir reconstruire son Empire. D'ailleurs, pourquoi avait-il ce but ? L'esprit, la volonté et la ténacité qu'il avait hérité de son père n'étaient qu'après tout des reliques d'un autre temps. Seulement, il avait été aussi conçu par ce même père dans cet unique objectif, cette conquête. Le devoir d'accomplir le rêve de son père déchu. Rien d'autre ne devait importer pour lui. Il devait être incapable de songer à autre chose. Et pourtant, voilà qu'il réfléchissait.

    Au lieu de se poser des questions qui resteraient à jamais sans réponse, Piccolo préféra songer à la manière de s'y prendre pour enfin pouvoir mettre Gokû à genoux devant lui. Ce qu'il savait, c'était qu'en ce jour, il était clairement plus fort que le petit Gokû qui avait battu son père. Trois ans lui avaient suffi pour tripler sa puissance. Par quel miracle ? Il avait cru comprendre qu'il s'était entraîné avec Kami-sama, le côté sans vice avec qu'il formait un seul être longtemps auparavant. Était-ce donc cela la solution ? Est-ce que affronter un puissant adversaire l'avait rendu meilleur, l'avait renforcé ? Non, ce n'était pas tout... Il avait aussi appris beaucoup de choses, comme la canalisation de son énergie, et se concentrer sur un combat sans penser à autre chose. Mais Piccolo avait déjà tout ça ! Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ? Même s'il suffisait qu'il s'entraîne avec quelqu'un de fort, pouvait-il trouver quelqu'un à son niveau ? Non ! Seul Gokû pouvait le faire ! Et même à la limite, les autres personnes les plus puissantes de la Terre, qui n'étaient qu'une poignée, étaient tous de cette bande d'enfants de chœur dont faisait parti son ennemi juré ! Il était clair qu'ils préféraient lui faire obstacle plutôt que de l'aider à se renforcer ! Et c'était donc Gokû qui profitait de leur force ! N'y avait-il donc aucun moyen ? Piccolo était désespéré.

    Tout d'un coup, la température ambiante se refroidit. Piccolo n'avait pas fait attention où est-ce qu'il se dirigeait. En effet, pendant qu'il réfléchissait, il avait continué à voler droit devant lui comme il le faisait depuis des heures, puisque doté d'une énergie formidable, il lui fallait beaucoup pour ressentir la fatigue, et puis il ne connaissait pas la faim, bien qu'il ne savait pas pourquoi. Il n'avait pas bien froid, après tout il était bien couvert par son kimono, sa lourde cape et son chaud turban. Mais bon, il avait quand même senti la différence de chaleur évidente, ce qui l'avait sorti de ses pensées. Il s'était retrouvé par un pur hasard dans le grand Nord, le royaume du froid et de la glace éternels. C'était en fait qu'une mer gelée avec plein de morceaux de glace flottant à la surface. On appelait ça banquise et icebergs. Toujours froid... C'était quelque chose qui caractérisait très bien Piccolo. On pouvait dire que cet endroit lui ressemblait beaucoup, d'un sens. Et il avait enfin trouver un lieu à sa convenance. C'était décidé, il allait s'établir ici. Personne ne viendrait l'importuner dans ce désert de glace. Sauf qu'il était dans l'obligation de déjà repartir. Il n'était pas là pour se reposer, il devait trouver quelqu'un avec qui s'entraîner. Pour le moment, il suffisait quelqu'un qui ne meurt pas en un seul de ses coups. Mais évidemment qu'il reviendrait rapidement. C'était pour ça qu'avant de repartir, il tendit son bras droit, son long, vert et crochu index déplié, désignant un grand bloc de glace. Un fin rayon d'énergie s'en échappa. Il semblait s'en servir pour inscrire quelque chose sur la glace. Il était obligé de le faire doucement, pour éviter de faire fondre le bloc. Il avait écrit « Domaine de Piccolo Daimao ». Il venait ainsi de faire de ce lieu sa propriété. Il savait que son simple nom, connu dans le monde entier, suffirait pour éloigner une personne curieuse. Après tout, s'il était ici, n'importe qui d'autre pouvait venir aussi, et il voulait être sûr que personne ne lui vole cet endroit.

    Il s'apprêtait à partir lorsqu'il entendit des sortes de chants étranges. C'était assez éloigné, mais ses grandes oreilles pointues à la puissante ouïe lui permettait d'entendre sur des centaines de mètres. S'il ne se trompait pas, il s'agissait de voix humaines. Des hommes ?! Qui osait chanter sur le territoire du terrible Piccolo Daimao ?! Même si techniquement, ils étaient sans aucun doute installés depuis bien plus longtemps que lui, il s'en fichait complètement. Il avait décider qu'il était chez lui, et il n'y aurait rien qui puisse le faire changer d'avis. Ceux qui oseraient contester devraient en payer le prix. Piccolo s'envola donc en direction de ces voix, prêt à faire un petit massacre, histoire de garder la forme. Il se retrouva devant un gigantesque glacier, de plusieurs centaines de mètres de haut, on pouvait pas le manquer. Il y avait un grand trou en bas, assez pour faire une grotte gelée, sans nul doute. Les voix s'en échappaient. Piccolo se posa sur le sol et entra dans cette ouverture. Il commençait à comprendre ces chants, en fait, c'était plutôt des rites ou des prières. Le chemin déboucha sur une très grande salle givrée. Le glacier était complètement creux, c'était étrange qu'il n'ait pas fondu, mais après tout, ce n'était pas comme s'il faisait chaud ici. Mais ce n'était pas naturel. Quelqu'un s'était débrouillé pour creuser tout ça. De nombreux hommes et femmes, couverts de manteaux sûrement en peaux d'ours polaires, logique, étaient aplatis devant un mur de glace, enfin, en même temps, les murs de briques étaient pas courant par ici. C'était donc bien des prières. Ils semblaient vénérer un truc congelé à l'intérieur de la glace. Piccolo prit son souffle afin de parler bien fort, pour que tout le monde puisse l'entendre.

    « Eh vous tous ! »