Bienvenue sur le RPG-Dragon Ball Z de référence ! Bonne ambiance et rpg palpitant garanti!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Souvenir reforgé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dieu

avatar

Skull
Dieu

Nombre de messages : 447

Age : 21

Date d'inscription : 23/12/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 114.450
Niveau: Niveau 126 (120+1+5)



MessageSujet: Souvenir reforgé ?   Sam 29 Sep - 16:49



    » Renaissance :.


    Une image floue d'une immense tour. Mais pourquoi ? Pourquoi je voyais cette tour étrange maintenant, n'étais-je pas sur cette planète.. Comment s'appelait-elle déjà.. Nagéis ! N'étais-je pas dessus pour combattre le mal ou quelque chose comme ça ? Je ne me souviens de plus grand chose à vrai dire.. Je suis juste une expérience qui a été déployé pour voler les souvenirs des gens et me les approprier.

    Je fis craquer mes os en tournant brutalement la tête à droite puis à gauche. A ma droite, se tenait une femme aussi belle qu'intrigante. Ses habits étaient de couleurs sombres, tout comme sa chevelure, ou plutôt sa mèche qui ressortait de son immense capuche. Mais ce qui ressortait aussi de cette capuche, c'étaient ses grands yeux jaunes, ils étaient magnifiques, tout comme ceux d'Ashigaru. Ils devaient faire partit du même clan.

    "Tu t'es réveillé."


    Double sens, quand je te tiens. Elle s'adressait à ma vraie personne, à moi. Je dormais durant tout ce temps, lorsque je me proclamais Dieu, ou bien être une entité en vie. Je le savais maintenant, j'étais une expérience, qui avait pour but d'aider Anhor a tuer le reste de sa famille. C'était triste, c'était amer, mais c'était comme ça. J'étais ça et rien d'autre, ça ne sert à rien d'essayer d'être quelqu'un d'autre, car au bout d'un moment, le masque tombe et notre vraie personnalité ressort, et plus on croyait en ce masque, et plus on avait mal.

    C'est assez hilarant maintenant, car j'étais sur de ne plus jamais avoir mal. Que ce soit aux os ou au cœur.. ah non, on ne m'en a pas conçut, c'est vrai. Pourquoi concevoir à une vulgaire expérience ce qui fait de l'être humain ce qu'il est ? C'est vrai après tout, ce sont souvent par les sentiments que les individus agissent, et je ne parle pas des histoires d'amours ou de je ne sais quoi. Je parle de nos envies, de notre jalousie, de notre colère, de notre égo.. je pourrais encore un dire un tas de mots comme ça, mais vous avez compris où je veux en venir, c'est de ces choses là que l'homme est ce qu'il est. La preuve, je suis à moi tout seul le résultat de la jalousie d'un homme envers sa propre famille.

    Lentement, sans éveiller les sens de ma charmante locutrice, je posais mon regard doucement sur elle. Je pourrais bien l'assommer et la scanner comme une vulgaire feuille pour y soutirer tous ses souvenirs, mais malheureusement je doute que la garce se laisse avoir si facilement par un squelette aussi fébrile que moi, il me fallait de la force, ou bien une arme, je ne sais pas moi.. Après tout, j'avais toutes mes raisons d'être hostile et belliqueux envers elle. Elle connait les Nokatis, et moi aussi apparemment, puisqu'elle était au courant de ma prise de conscience sur les choses, sur le fait que je ne suis pas Dieu et qu'il n'existe pas.

    Sa voix calme résonnait encore dans ma tête, et elle ne me lâchait pas du regard, assise à côté de moi dans des espèces de ruines dont je n'avais pas encore visité sur ma planète. Je regardais discrètement autour, dans les décombres, nous étions dans un village détruit. Des lots maisons étaient encore là à droite sous mes yeux, complétement carbonisé. Le sol lui même était fracassé et irrégulier en terme de hauteur. Mais bon, c'était mieux que l'immense feu à ma gauche qui se formait à cause du soleil. Merde, il n'y avait rien qui pouvait me servir d'arme aux alentours.

    Il ne me restait plus qu'une solution. Doucement, mon corps se mit à disparaitre, une couche de poussière vint couvrir le lieu où nous étions, aveuglant la Kataï pour le moment. Je me laissais glisser derrière elle, comme ça.. lentement.. tout doucement. Ma transformation s'acheva, solidifiant de nouveau mes os. Mes deux gants de fer étaient maintenant largement visible, prêts à étrangler ma victime.

    J'allais le faire, jusqu'à ce que la peste me saisit violemment les mains. D'une seule de ses mains, elle regroupa mes gants et força en l'air pour les faire se soulever en même temps, offrant mon corps en guise de sac de frappe à madame.

    De son autre main, elle s'en servit pour me pousser violemment au sol. Une fois fait, elle se dirigea au dessus de mon corps, son visage ne faisait ressortir pas la moindre émotion, pas facile de savoir à qui j'avais à faire.

    "La prochaine fois que tu mets ma vie en jeu, je te prends la tienne, Skull."


    "Dis moi qui tu es et pourquoi tu m'as ramené ici, sinon je continuerai le combat. Mais attention, cette fois ci ce n'est pas de la poussière que je vais sortir de mon sac, si tu vois ce que je veux dire."


    Je n'étais nullement impressionné par elle, après tout, j'en avais vu pire, comme Ginyu ou Syn par exemple. Ce n'était pas une femme qui n'avait rien d'effrayant qui allait me faire peur.

    "Je chasse simplement les démons qui ont fait du mal à mes ancêtres, c'est la moindre des choses que je leur dois."


    Ni une ni deux, une dague sortit de nulle part atterrit dans les mains de celle qui allait devenir mon adversaire. Elle me menaça en pointant la lame sur mon crâne.

    "Ben voyons, une fille qui chasse tout les ennemis d'individus étant morts. C'est intelligent la façon dont tu vis ta vie. Certains aident les gens et reconstruisent des planètes, et t'as les autres, qui les tuent."


    Un violent fracas se fit entendre dans tout le village. C'était le bruit de l'acier contre l'acier, mon gant contre sa dague. On dirait bien que j'avais touché un point sensible. J'observais le jeu de jambe de mon adversaire, ses genoux étaient pliés, son corps était penché vers moi, elle forçait vraiment au maximal.

    C'est avec grand mal que je parviens à retirer mon gant en désarticulant mon bras en arrière, sa dague se planta au sol, mon bras lui, se contentait de pendre simplement. De ma main libre, je profitais de cet instant pour asséner un coup de poing à mon adversaire, qui la sécha instantanément au sol. J'écartais grand mes doigts pour en finir d'une attaque énergétique, mais la Kataï se redressa habilement, en profitant pour détaler à ma grande surprise.

    "On me kidnappe, puis on me laisse planté tout seul ici. Bon, je n'ai plus qu'à suivre cette immense tour qui a été construite, et je verrais quelque chose d'encore plus macabre qu'ici !"


    Je tournais dans tous les sens, avant de remarquer la belle cape blanche dont je m'étais équipé le jour de la bataille. Blanche comme neige, ou plutôt comme un innocent ! Je la jetais au sol en ricanant, ma belle cape vola droit devant jusqu'à ce qu'elle cogne contre quelque chose.. Un être humain, ici ? Est-ce mon agresseur de tout à l'heure ou bien un démon du coin ? Pas de "mauvaise" réaction, on va dire pas de violence pour le moment. Je m'approchais un peu de l'individu, afin de lui adresser la parole.

    "Pardon pour la cape. Je ne sais pas ce que tu fais ici, mais je te demanderai bien de me redonner ma cape blanche. Je crois que je vais la bruler finalement."



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaioken

avatar

Miri
Kaioken

Nombre de messages : 31

Age : 24

Date d'inscription : 05/08/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 48750
Niveau: Niveau 46



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Sam 29 Sep - 18:13



    » Rencontre I-R54 [ Sk-214 ] Il y a un temps pour tout, même s'il faut le reforger. :.




    Quelques jours avant...



    Cette mission est enfin terminée. Nous sommes dans le vaisseau d'Hakai, sans Hakai. La situation devenait bien trop critique pour l'attendre, nous avions été là pendant des heures qu'il revienne, mais ça n'a pas été le cas. J'ai été triste, au début, puis une voix m'a dit que tout allait bien se passer pour lui. Cette fois, qui est-elle ? J'aimerais le savoir. Mais elle me semblait familière... Du moins assez pour y croire. Musashi était aux soins intensifs, avec Yasha, puis j'étais là, seule, devant une vitre du vaisseau à observer les étoiles. Pourquoi une mission comme celle-là ? J'ai été obligée de jouer les agents double sur cette affaire, et je suis sûre que ça ne m'a pas réellement aidée socialement. Ils doivent douter de moi, ils doivent savoir que je ne suis pas humaine, que je ne suis plus humaine. C'est difficile d'admettre ça, sachant qu'on a été quelqu'un de normal avant toute ces histoires de guerre dans ce maudit trou noir. Je m'occupais de diriger le vaisseau vers le lieu de retrait de notre récompense en échange de la distribution des embryons. Je devais faire mon travail de mercenaire, et celui de déesse reforgée, et rien n'est simple pour moi. Je ne suis pas forte, loin de là, mais ce genre d'expériences nous en apprends beaucoup. J'ai perdue beaucoup d'amis, je m'en suis toujours remise, mais une partie de mon âme se détache à chaque fois. J'ai peur d'un jour me retrouver avec un corps en métal dénué de sens et d'esprit.

    Enfin arrivés à destination, nous avions pris nos récompenses, pendant que le tigre qui nous avait donné la mission semblait plutôt ravis d'apprendre la disparition de l'un d'entre-nous, ainsi que du reste des mercenaires. Je lui ais raconté l'histoire au complet, sauf la partie qui m'est concernée, sur qui je suis, et pourquoi j'ai été réellement là bas. Avant de partir, j'avais demandé au Tigre en question un petit service, un vaisseau qui ne leur sert plus, capable de faire un voyage tout au plus, pour partir à un endroit qui attire ma curiosité. Il accepta, puis me montra la direction du vaisseau en question. Une petite capsule délabrée, mais capable encore de voler pour peu de temps. Il me donna le pass pour la capsule, et retourna d'où il vient. Quand à moi, je devais attendre un peu, me reposer, pour repartir à l'aventure...

    Après quelques jours de repos, le chef de projet des dieux reforgés me contacta à nouveau, pour me parler d'une amélioration de mes capacités. Grâce aux embryons et aux autres données, ils avaient conçu une nouvelle pièce importante dans la conception des dieux reforgés, une surprise il parait. Je pris le vaisseau en question donné quelques jours auparavant, pour partir en direction de ma planète. Arrivée à bon port, ils prirent le temps de réparer mon vaisseau pour quelques petits trajets ou un seul long, pour éviter d'utiliser nos capsules si précieuses. Tout me semblait plutôt lent et rapide à la fois, j'avais l'impression de marcher dans le vide, de voir tout autour de moi ralentit et accéléré. La fatigue, ou simplement une réparation nécessaire ? Qui sait. Peut-être une étape dans la dure vie de Déesse Reforgée. Les scientifiques m'attendaient. J'ai l'impression de n'être qu'une expérience comme une autre, quelque chose que ma mère n'aurait probablement pas voulu, elle est bien trop fière pour ça, mais elle est morte pour son peuple. Ce n'est pas que j'aime ça, mais j'en ais besoin pour survivre. Il y a tellement de choses que je désire faire, même si elles sont égoïstes... Ais-je le temps de penser à moi-même ? Je ne sais pas. La couveuse était prête, une nouvelle technologie qui allait me rendre différente, d'une certaine manière. A peine entrée que celle-ci se ferma, puis un liquide prit la place de l'air, et tout s'arrêta. Le noir complet, comme j'avais l'habitude de le vivre. Et probablement quelques heures après, mon réveil, qui fût légèrement douloureux au niveau de ma poitrine. Sortie de la couveuse, tout les scientifiques se mirent à applaudir. Je regardais le chef, intriguée.

    - L'opération est un succès. Tu a beaucoup de chance d'être encore en vie après une telle expérience, je te félicite. Néanmoins, je pense que certains applaudissent parce que actuellement, tu ne porte rien. Dépêche toi de t'habiller avant qu'ils ne se mettent à vouloir te reforger un enfant. Dit-il, en riant comme un malade, ce qui me rendait légèrement mal à l'aise.

    Cet idiot avait le sens de l'humour, mais c'était moins drôle pour moi. Mes jambes firent le trajet seules vers ma chambre, en m'habillant rapidement. J'ai horreur de ces scientifiques à moitié pervers ! Je suis certaine qu'ils ont trafiqué mon corps d'une certaine manière pour me donner des formes plus généreuses. Je les déteste. Bref, je pris mes épées en retournant au Laboratoire, personne ne voulait me parler de l'amélioration faite sur mon corps, j'avais peur que ce soit une bêtise due à leur perversité. Un autre m'avait dit que je le découvrirais seule, que ça allait changer ma vie d'une certaine manière. Enfin prête, je pris la direction du port pour récupérer mon vaisseau, et partir de moi-même en ne prévenant que la chef des transports reforgés, une amie à moi qui m'est chère. Ma direction ? L'ancienne Célestia. Une planète anciennement habitée par les dieux, probablement anéantie de l'extérieur par le cataclysme, mais il y avait sûrement quelque chose qui pouvait m'aider. Cette fille, que j'ai rencontrée lors de ma mission, qui possède une puissance effroyable, je devais savoir qui c'était. Et le trajet était long, très long...


    Aujourd'hui...



    Arrivée sur ma planète natale, du moins ce qu'elle était censée être aujourd'hui, la seule chose qui me venait aux yeux, c'était un tas de débris et un désert noir de cendres. Rien n'était comme avant, dans mes seuls souvenirs. J'avais cet air triste en observant tout ça qui me rappelait que je suis encore en partie humaine, ça me réchauffait, à l'intérieur. J'en avais bien besoin, en ce moment, de cette sensation qui nous accompagne lorsque l'on marche seule, qui nous pousse à aller plus loin avec un sourire vrai. En marchant dans un village en ruine, on s'attend à apercevoir des cadavres, du sang, ou bien des survivants qui n'ont plus rien. Mais rien de tout ça, tout est vide de vie, de sens, de passé, et probablement de futur. Puis tout fût blanc, j'entendais quelque chose flotter dans l'air proche de moi, ou même sur moi. Un drap ? Il y a encore quelque chose de blanc ici, sur cette planète morte ? Après un moment de stagnation sur place à imaginer tout ce qui était possible à imaginer, je pris le drapé blanc dans ma main, c'était une cape blanche magnifique. Puis, un homme vint me parler, étrange aux premiers abords, puis quelque chose tilta instantanément en moi. Je fis un saut en avant vers l'être qui avait probablement fait tombé cette cape, jusqu'à m'arrêter devant son visage et l'observer avec les yeux scintillants.

    - Je rêve ? Un squelette qui parle et qui bouge ?
    Dis-je, subjuguée.

    Je tournais autour de l'être pour l'observer de toute part, relevant même jusqu'à ses habits pour confirmer que ce n'est pas un masque idiot qui cache un être vivant idiot. Je ne faisais pas attention à ce qu'il faisait, je voulais juste être sûre de ce que je voyais. C'était exceptionnel ! Je n'avais jamais vue quelque chose comme ça ! Puis je me remis en face de lui à nouveau, très proche, avec un énorme sourire sur les lèvres, les étoiles dans les yeux, et une voix chaleureuse, et surtout toujours la cape en main.

    - Je rêve pas on dirait ! C'est quoi ton nom ? Moi c'est Miri. J'suis une d... enfin... eh... Disons déesse. Et toi ? T'es un démon ? Un extra-terrestre ? Dis moi tout ! Raconte moi tout ! Dis-je en sautillant sur place.

    Puis quelque chose tilta à nouveau en moi. Son air me disait quelque chose, je l'avais déjà vu... Quelque part, il y a longtemps... Ou ? Impossible de s'en souvenir. Ça me reviendrais peut-être un jour avec de la chance, mais pour l'instant, faisons connaissance !

Revenir en haut Aller en bas
Dieu

avatar

Skull
Dieu

Nombre de messages : 447

Age : 21

Date d'inscription : 23/12/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 114.450
Niveau: Niveau 126 (120+1+5)



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Mer 3 Oct - 15:28



    » Le masque divin :.


    La cape n'était pas tombée sur un être humain ordinaire. C'était une femme, assez jeune vu ses traits, encore plus que celle de tout à l'heure. Cheveux blond type du nord, yeux jaune qui les accompagnait. Putain, ce n'était pas mon jour là dessus ? C'était encore une Kataï ? Ou bien..

    En tout cas peu importe, je fus étonné de la façon dont l'individu était habillé. Elle n'était pas d'ici, ce qui renforçait mon hypothèse qu'elle venait des terres du nord, mais le seul problème était qu'elle ne dégageait pas d'aura, pas de puissance. Comment a t-elle pu survivre dans un monde dans la moindre puissance ? Comment pouvait-elle être si heureuse alors qu'on se trouvait sur une planète reflétant malheur et désespoir. D'accord, je faisais de mon mieux avec mes "miracles" et le fait que j'ai l'apparence d'un squelette, ce pourquoi on m'a souvent associé aux Dieux, mais ce n'était pas suffisant pour restaurer l'ancien temps, le temps des "insouciants", le temps où malgré qu'on a un Ginyu au pouvoir et des guerres de partout, les gens étaient plus ou moins heureux, qu'on ressentait des émotions bordel ! Quand des simples habitants pleuraient leurs morts ou piquaient des crises à cause du "méchant" tyran Ginyu, -qui était bien évidemment responsable de tous les malheurs du monde bien entendu- et bien ils ressentaient quelque chose ! Ils avaient une vie, des objectifs !

    Maintenant, de nos jours, les gens ne ressentent plus rien, moi le premier. Je me demandais même secrètement si, ce n'était pas le monde secret auquel j'aspirais. Après tout, sur l’Éden, Ginyu contre moi même, c'était le passé contre le présent, Kuja, Isis.. C'étaient des alliés de Ginyu, des personnages clés de notre ancien univers. Bardack, moi.. Nous n'étions que des pauvres fous rejetés et aspirant à un monde plus "pur", c'est sur que maintenant, tout est plus "pur", les gens ne pleurent plus c'est sur, les femmes ne se font plus violer par les soldats de Ginyu, il n'y en a plus. Et quand je dis qu'il n'y en a plus, c'est d'homme que je parle. Car oui, nos contrées sont désertes maintenant, il n'y a plus que des faibles et des malades dans nos rangs.

    Que de divagations face à une telle personne, elle m'aura fait cogité pendant ses petits bonds autour de moi. Elle voulait savoir qui j'étais, si j'étais un démon, un extra-terrestre.. Une chose m'interpella, elle était une "déesse", ce qui me fit répliquer sans attendre.

    "Je suis une expérience, ma particularité est le fait que je porte un squelette artificiel ainsi qu'une conscience.. euh attends voir. En fait je ne sais même pas moi même comment c'est arrivé et comment je suis constitué, mais une chose est sur c'est que je ne suis pas un dieu."


    Mes grands yeux violets s'activèrent, dégageant par la même occasion une lueur violette qui allait jusqu'à animer un peu plus ma face en l'éclairant.. Vois comme je suis laid et terrifiant, déesse. Mon masque en ferraille avait encore du sang rouge foncé, surement parce qu'il avait séché entre temps, la couleur de mon crâne était maintenant un peu plus foncée, un peu plus crasseuse. Ce n'était pas cette planète qui m'avait rendu comme ça, car ça fait depuis presque un an que je suis dessus, et je n'avais jamais attrapé rien de tel, non. C'était le fait d'avoir pris conscience, de qui j'étais réellement. Une expérience de laboratoire bonne qu'à effacer la mémoire des gens et parfois, chasser et prendre leurs pouvoirs, qui m'avait assombrit la face. Ça me rendait un peu plus terrifiant, et j'en avais conscience. Pourtant, j'étais beaucoup moins dangereux qu'avant, plus aucun risque que Dieu veut par -jenesaisquelmoyen- que tu ne meurs.

    Je levais la main, ce qui suffisait à déclencher un violent orage non loin de nous. De l'eau tomba par grosse quantité, une pluie. Je levais le visage comme pour me le laver de l'immense bataille que j'avais livré, je jetais un coup d’œil discret sur la déesse, son visage était celui d'une gosse, voila ce que j'avais en face, une enfant qui était sans doute envoyée explorer les peuples à droite à gauche, voir comment ils souffrent.

    "Il fut un temps où les gens qui se proclamaient Dieu, et en particulier ici étaient massacrés par un certain Kuja. J'ai une petite question pour toi Déesse. Pourquoi croire en des Dieux qui n'ont ni le pouvoir ni même l'autorité ou l'amour du peuple ?"


    Je me rapprochais comme pour provoquer la jeune fille, puis réalisant mon attitude assez grossière, je me ravisais en reculant. La pluie tombait toujours, je ne lâchais pas du regard la déesse qui sur son visage enfantin, ne laissant transparaître aucune émotion, qu'est ce qu'elle ressentait ? Je n'en savais rien en tout cas, mais je devais éviter de me comporter ainsi, moi, vulgaire expérience.

    "Excuse moi, ce n'était pas voulu. C'est juste qu'en ce moment, c'est un peu dur pour moi, comme les conditions de vie sur cette planète comme tu peux le voir. J'aurai par contre une question plus appropriée pour toi Déesse.."


    La pluie s'intensifia davantage, tout comme les nuages, pour accentuer mes propos. Les gouttes étaient si nombreuses et grosses qu'elles finirent par nous tremper complétement, ma capuche me collait, elle était devenue lourde.

    "Je voudrais savoir qui tu es réellement, au juste ?"


    Difficile de comprendre ma réelle question, mais je ne voulais pas m'étendre davantage. Ce titre de "Déesse" est aussi lourd et épuisant que la cape blanche dont je m'étais revêtu pour signifier mon appartenance du côté de la justice et des Kaioshins. Je me suis rendu compte d'une chose durant mon périple, on est Dieu par nos actes et nos propos, pas pour nos origines. Je voulais juste voir si cette fille était réellement une personne divine ou bien une simple héritière. Puis bon, ça me fera passer le temps, du moment que je ne me refasse pas agresser.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaioken

avatar

Miri
Kaioken

Nombre de messages : 31

Age : 24

Date d'inscription : 05/08/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 48750
Niveau: Niveau 46



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Mer 3 Oct - 20:50



    » Rencontre I-R54 [ Sk-214 ] Je suis tout et rien, le temps et les abysses, la vie et la mort :.




    Il existe trois types de personnes en ce monde. Ceux qui portent un masque, qui cachent leur réelle identité ou sont engloutit par leurs convictions, ils n'ont pas eu ce qu'ils voulaient ou n'ont pas été assez fort pour le désirer et combattre le monde pour leurs objectifs, ceux-là sont des lâches. D'autres, qui sont fiers d'avoir le passé qui ont tracé leur destin, qui n'hésitent pas à s'en vanter ou à faire remarquer qu'ils sont au dessus des autres, qu'ils y ont l'expérience. Puis, il y a ceux qui sont au milieu de tout ça... Ceux, qui n'arrivent pas à faire un choix entre ce qu'ils devraient être ou s'inventer une vie fictive, car elle serait probablement meilleure que celle actuelle. Les gens ne sont pas forcés d'en venir à un tel choix, mais parfois lorsqu'une seconde chance nous est donnée, elle est généralement destinée à nous montrer un chemin différent du précédent. J'ai eu ce choix à faire, décider de rester la même ou pas, lorsque l'on m'a reforgée. Je porte mon propre masque, mais il ne cache que la moitié de mon visage. Je ne connais pas, l'autre moitié de mon visage, et personne ne le connait encore aujourd'hui, tout ça n'est qu'un passé noir qui ne se révèlera peut-être jamais. L'homme en face de moi avait -ou pas- un masque, et celui-ci ne me disait pas qui il était réellement. Je devais l'entendre de sa bouche, pour savoir si son masque changeait aussi son être, qui il est, ou qui il était. Ces choses là sont complexe, il faut porter soi-même un masque pour les comprendre. Ainsi, il se mit à me répondre, rapidement après mon petit monologue.

    - "Je suis une expérience, ma particularité est le fait que je porte un squelette artificiel ainsi qu'une conscience.. euh attends voir. En fait je ne sais même pas moi même comment c'est arrivé et comment je suis constitué, mais une chose est sur c'est que je ne suis pas un dieu."


    Il n'était donc pas comme moi. Enfin, peut-être que si, mais qu'il ne l'admet pas. Ou alors, il essaye de le devenir, ou considère en être un, sans réellement en tenir compte de ce que ça implique, et il se cache derrière ce masque de squelette. Une grande lueur violette fît son apparition dans les yeux du masque du squelette, et tout laissait à penser que ce n'en était pas un. Ça pouvait sembler effrayant, pour une personne normale, mais moi, ça m'attirait. Une lueur violette qui, étrangement, faisait revenir des souvenirs à la surface. De vieilles babioles de souvenirs, totalement inutiles, mais si chaleureuses... Mes yeux brillaient encore plus, je voulais faire comme lui, vraiment. Il leva la main quelques secondes plus tard, pour faire apparaître un orage pas très loin, qui fût assez chargé pour laisser couler de l'eau sur nous, peut-être pas si purificatrice que ça. il leva la tête pour observer le ciel et nettoyer son visage de ses pêchers. Du moins, c'est ce que je pensais. Même s'il avait l'air effrayant, je le trouvais plutôt sympathique, dans le fond. En parlant de fond, il a l'air bien creux. Tout en observant le ciel, il continua à me parler.

    - "Il fut un temps où les gens qui se proclamaient Dieu, et en particulier ici étaient massacrés par un certain Kuja. J'ai une petite question pour toi Déesse. Pourquoi croire en des Dieux qui n'ont ni le pouvoir ni même l'autorité ou l'amour du peuple ?"

    Dit-il, tout en se rapprochant de moi. Mon visage perdit son sourire de gamine, pour laisser place à un visage non pas contrarié, mais pensif, et légèrement culpabilisant. Dans un certain sens, sa question révèle quelque chose de vrai et surtout de vécu. Les dieux n'ont aucun pouvoir, malheureusement. Ils sont appréciés des gens pour une seule bonne raison, car ceux qui croient en eux espèrent voir l'un de leurs souhaits devenir réalité. Néanmoins, ce n'est pas si facile... et encore moins possible. L'amour du peuple ? Ils s'en moquent, en fait. Ces "dieux" ne sont pas ce que les gens croient être... Regardez-moi, je suis une déesse faite de métal, rafistolée, sans plus aucun honneur. Mais je suis une déesse tout de même. Vous croyez que les gens pourraient prier pour moi ? M'aimer pour ce que je suis et de quoi je suis faite ? Que j'ai un soupçon d'autorité ? Non, aucun. Cet homme, a raison. Cruellement raison. Il recula enfin son visage, il devait probablement penser que sa question était grossière, ce que je pense faux, elle est d'une grande philosophie, celle de la vie. Il reprit la conversation, alors que j'étais toujours silencieuse.

    - "Excuse moi, ce n'était pas voulu. C'est juste qu'en ce moment, c'est un peu dur pour moi, comme les conditions de vie sur cette planète comme tu peux le voir. J'aurai par contre une question plus appropriée pour toi Déesse.."

    Ainsi, la pluie s'intensifia. Une pluie provoquée par un homme, et qui s'intensifie lorsqu'il compte poser une question, c'est qu'elle a son lot d'importance. Mais il est vrai que cette planète délabrée ne risque pas de m'aider dans mes recherches d'anciennes reliques des dieux. Il s'excusait. Pour quelle raison ? Il n'y en aucune, pour son rapprochement peut-être ? J'y suis habituée... en temps qu'expérience. C'est étrange, deux expériences qui se rencontrent. Elles ne savent pas trop quoi se dire, mais restent tout de même là, à recevoir la pluie. Être ce que nous sommes, la pluie ne nous lavera jamais pour ça. Ces expériences cherchent à savoir qui est l'autre, sans pouvoir donner une réponse claire l'un à l'autre. J'étais trempée d'eau, mais je ne ressentais rien, pas même la froideur de l'eau qui coulait sur moi. J'ai horreur d'être une machine, d'être une expérience, de ne plus être moi même, celle que j'ai été.

    - "Je voudrais savoir qui tu es réellement, au juste ?"

    Mon visage se leva à son tour vers le ciel. Je ne devais pas répondre à cette question, mais comment ne pas le faire ? Cette homme pouvait la comprendre, lui seul pouvait, en temps que personne égale. Lui aussi était un dieu, auparavant, mais plus maintenant. Je pouvais peut-être faire quelque chose pour lui ? Reforger son corps, c'était probablement possible. Mais acceptera-t-il ? Voudra-t-il devenir quelqu'un d'autre, à nouveau ? C'est un choix difficile, mais, on le lui laisse, et c'est quelque chose de rare pour des gens comme nous. Un long soupir de ma part accompagna le fracas de la pluie, tombant fortement sur le sol et sur nos corps trempés. Puis, je pris la parole, enfin.

    - Je suis une personne comme toi. J'ai l'air d'une humaine, pour toi. C'est bien plus compliqué en fait. Je suis une déesse reforgée. Dis-je, en montrant du doigt le tatouage de demi-lune sous ma poitrine. Nous sommes des dieux ou déesses morts au combat, à qui nous avons forgé un nouveau corps à l'exactitude même du corps originel, avec quelques détails. Ils prennent nos âmes du monde des morts, et ils les met dans notre corps. D'un côté, nous sommes des Dieux. De l'autre, nous sommes des machines, des expériences. Je porte moi aussi un masque, tout comme toi. Puis, en fermant les yeux un moment et en les rouvrant, ils virèrent au rouge vif. Moi aussi, j'ai ce côté du masque que je ne connais pas. Cette couleur qui change mes yeux, mon regard, mon être, qui j'ai été, qui je deviendrais. Ce côté du masque dont je ne vois pas la couleur, s'il est blanc, noir, ou bien aucun des deux. Je ne suis, qu'une expérience.

    Mon discours, était empli de tristesse. Tout ça était vrai, j'ai ce côté joyeux et amical, mais j'ai aussi mes défauts, ces parties de moi que je ne désire pas reconnaître, qui font que, derrière un sourire se cache des larmes. Je fermais les yeux une nouvelle fois, pour leur rendre leur couleur d'origine, et laisser la pluie frapper mon visage avec la force de la gravité. Je voulais tellement que cette pluie brise ce masque qui cachent ce côté de mon visage que je ne connais pas. Mais c'est une chose impossible, ce masque est à l'intérieur de moi, comme, une partie de mon squelette. Comment les gens peuvent apprécier une expérience ? Ce n'est pas envisageable, pour une raison pure et simple : Les gens qui ne ressemblent pas se détestent. Au contraire, les gens qui ont un passé commun, et une expérience similaire, savent nouer des liens. Mais deux personnes similaires avec un but totalement différent, peuvent-ils s'entendre ? Je n'en ais aucune idée. Peut-être que dans les minutes qui suivent, j'aurais une réponse à cette question.





Revenir en haut Aller en bas
Dieu

avatar

Skull
Dieu

Nombre de messages : 447

Age : 21

Date d'inscription : 23/12/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 114.450
Niveau: Niveau 126 (120+1+5)



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Sam 6 Oct - 13:39



    » Le vrai jugement :.



    Une expérience, un tas de ferraille. Au fond elle était un peu comme moi, elle semblait bien vulgaire du point de vue de l'humanité. Notre discussion prenait une tournure assez dramatique. J'avais remarqué durant ses paroles que ses pupilles avaient plusieurs fois changé de couleur, lorsqu'elle évoquait cette autre partie qu'elle ne connaissait pas d'elle même, une couleur rouge, d'un rouge aussi vif et marquant que celui de notre sang.. Ou plutôt du leur.

    Sa réponse était touchante à vrai dire. Je n'étais pas du genre à être affecté par les autres individus, je n'avais que peu de compassion. A vrai dire, vivre normalement pour moi était déjà bien assez difficile, pour qu'en plus je m'imagine vivre à travers autrui. Et puis, lorsque j'avais fais preuve d'un peu de "pitié" envers quelqu'un, ce dernier m'avait trahit et était maintenant à la tête d'une immense armée pour menacer le monde et le mettre en péril.

    Malgré notre résultat peu satisfaisant, nous nous étions battus, -les Mushakitais et moi- pour obtenir ce monde. Cet univers, le mien. Oui.. C'était le mien après tout, il reflétait mon état actuel, les décombres et les ruines n'étaient que mes os et mes habits remplis de poussières.

    Avais-je envie de le reconstruire ? Ou bien plutôt d'imposer misère et fléau à l'humanité entière ? Je ne savais pas vraiment, mais lorsque cette fille me montrait son signe juste en dessous de sa poitrine, une bribe de souvenirs me revinrent à l'esprit. La robotisation d'Anhor Nokatis, je l'avais fais dans un vieille cabane abandonnée.

    Je m'en souviens parfaitement à l'instant présent, il y avait des plans sur une vieille table de bois, déroulés les uns sur les autres. Le croquis était tout en bas, c'était un dessin pour construire un robot. Il y avait à la droite de la pièce une armoire comprenant un imposant stock de matériaux futuriste, que je n'avais jamais vu. Et pourtant, je sortais de la grande maison des Nokatis, ils étaient en terme technologique les meilleurs de cet univers, enfin, après ces inconnus, bien sur.

    J'avais réussis en plusieurs mois à comprendre comment tout ceci fonctionnait. C'était vraiment compliqué, il y avait cette feuille que je n'avais pas à comprendre. Si je comprenais bien les dessins, il s'agissait de saisir quelqu'un pour l'enfermer dans l'immense gadget réel que l'on construisait. Moi, je m'étais simplement contenté de saisir le corps broyé et blessé de partout pour construire simplement par dessus et reforger en quelque sorte le corps de mon maître. Les matériaux eux même avaient suffit pour que l'âme du Nokatis domine de nouveau sur son corps.

    "Deep.. Vous.. L'Empire.."


    Je ruminais à haute voix, avant de m'avancer brusquement vers Miri. Elle était comme moi, elle me comprendrait alors.. hein ? Il n'y a aucune différence entre nous, je suis sur qu'elle est tout aussi terrifiante que moi, qu'elle est une démone qui aime se nourrir du sang versé par l'adversaire sur le champ de bataille, hein ?

    Je collais mon front contre le sien, je savais qu'avec mon masque et ma capuche, j'avais juste l'air d'un squelette justicier. Mais j'oubliais.. Oui, j'avais oublié qu'avant mes faux souvenirs, avant j'enlevais mon masque et je.. Je souriais aux gens.


    Je reculais un peu, la fixant toujours. Je passais doucement ma main à mon visage pour retirer doucement mon masque, je secouais mon visage tout doucement avant de le laisser tomber en avant.. Je fixais le sol, l'eau de ma capuche inondait le sol. Mes dents grinçaient lorsque je les frottaient les unes contre les unes, j'avais vraiment tout d'un putain de squelette, c'était dépitant et marrant à la fois pour moi, c'était fini de se prendre au sérieux, après tout je n'étais qu'une expérience.

    J'avais bien changé grâce aux Nokatis, grand merci à eux d'ailleurs, de m'avoir signaler la petite merde que j'étais comparé à eux, et aux dieux aussi !

    Je redressais ma tête violemment, à s'en déboiter la nuque. Je fixais Miri d'un regard menaçant, mes dents formèrent un ignoble sourire. Et comme pour accentuer la chose, plusieurs crânes et âmes vénèrent derrière moi me soutenir en hurlant. Je tournais ma tête dans tous les sens, et ce plusieurs fois, à s'en déboiter le crâne.

    Après mon petit cinéma, je m'arrêtais brusquement, fixant du regard Miri, je penchais ma tête sur un côté tout en gardant mon sourire inquiétant. Pourquoi faire ça ? Et bien, si la petite se disait être de la même trempe que Gantru et moi même, elle devait tout comprendre maintenant.. -Ashigaru n'est pas aussi flippant que nous, il ne compte pas- Non sérieusement, j'avais encore de bon sens. Je voulais lui faire comprendre la différence éternelle qu'il y avait entre eux.. Et nous. Entre les gens normaux et les tarés, les cinglés, les fous.

    "Il était une fois un petit garçon, tout à fait normal hein.. Qui fut enfermé dans un souterrain et contraint à se cacher au monde entier, tout le temps. Tu sais pourquoi ? Car il avait des yeux violets, signe qu'il était l'élu des Kaioshins. Le petit garçon grandit.. avant de devenir assez fort pour tuer ceux qui l'ont enfermé et posséder un bien étrange pouvoir.. Celui d'effacer les souvenirs des gens. L'assassin aux yeux violets continua sa route, sortant des souterrains pour s'aventurer sur une planète nommé Dark. Bien vite, le jeune homme défia le roi démon et se fit tuer lors d'un combat, brûler plus précisément.. Mais étrangement, son squelette lui était encore là, vivant et animé comme ci de rien n'était.
    Le squelette du jeune homme retrouva son assassin et le tua lors d'une attaque surprise.. Un coup dans le dos. Il était persuadé de faire justice en accomplissant ça.. Mais il se trompait. Il se trompait tellement qu'il eut la folie de se surnommer le Dieu de la mémoire, mais il n'était rien d'autre qu'un assassin. Ce jour là, il n'avait pas tué pour rendre justice mais uniquement pour se venger, pour survivre aussi, car il savait qu'il était traqué..
    Après cet événement, le squelette autoproclamé Dieu se mit à traquer et tuer tous les individus qui avaient des pouvoirs, car oui, il avait aussi la capacité d'absorber les pouvoirs des autres.
    Il continua ses crimes, persuadé d'être dans le bon chemin jusqu'à croiser un monstre de sa trempe, Ginyu. Les deux s'affrontèrent et le squelette l'emporta sur Ginyu et ses sbires sur ce qu'on appelle l’Éden. C'est ainsi qu'il déclencha une explosion tellement immense qu'elle condamna l'humanité entière à vivre dans un monde chaotique.
    Et puis un jour, le squelette reçut de la visite.. La visite de ses parents, de ses "créateurs" plutôt devrais-je dire. Et il découvrit qu'il n'était ni élu des Kaioshins, ni Dieu, mais simplement le produit d'un monstre. C'est là où je vais m'arrêter pour le squelette, pour te faire la morale.. Lorsque le squelette était persuadé d'être Dieu, peu importe la gravité de ses œuvres, on le considérait comme un héros/dieu rien que par le fait qu'il se proclamait Dieu, lui même était dans son mensonge d'ailleurs.. Mais, lorsqu'il réalisa qu'il n'était pas Dieu, cela lui permit d'avoir un point de vue objectif sur ses actes, et il comprit qu'il n'était qu'un monstre qui se prenait pour au dessus des autres, pour Dieu simplement.
    Si je te dis tout cela, c'est parce que je vais devoir t'effacer la mémoire à toi aussi.. Mais qu'une toute petite partie hein ? Je vais te faire oublier le fait que tu sois une déesse, et là.. On sera égal, tu pourras toi aussi juger tes actes et on sera.. PAREIL !"


    Mon corps avait disparut petit à petit durant mon récit, j'avais adopté ma forme spectrale sans pour autant augmenter ma puissance, c'était inutile puisque je ne cherchais pas par passer par la violence. Même si le dicton dit que l'on est ce qu'on est par nos actes et non par nos pensées, parfois il faut savoir cacher ses intentions et prendre l'initiative d'agir pour obtenir ce que l'on veut.. Mais cela est un péché, le mensonge.. Et puis surtout, qu'est ce que je pouvais bien lui vouloir, à la petiote ?

    Mon corps était maintenant aussi transparent qu'un fantôme, seul mes deux yeux et les traits de mon visage étaient encore visibles. Je pris la peine de remettre mon masque, signe que j'allais agir. Je me rapprochais de la jeune Cyborg de plus en plus, en flottant, allez gamine.. Donne moi ce que je veux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaioken

avatar

Miri
Kaioken

Nombre de messages : 31

Age : 24

Date d'inscription : 05/08/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 48750
Niveau: Niveau 46



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Lun 8 Oct - 18:37



    » Rencontre I-R54 [ Sk-214 ] "Nous sommes différents." - Failed Exp. :.





    D'après-vous, quelles sont les choses qui différencient les expériences ? La manière dont elles sont faites ? Leur but ? Les matériaux, l'esprit, la personne, le corps, toutes ces choses, pensez-vous réellement qu'elles ont une importance dans le résultat de l'expérience ? Il n'y a rien de tout ça. L'expérience en question, n'est jamais définie totalement par ses créateurs. C'est à elle de choisir si elle désire apprécier la vie telle qu'elle est, cruelle, sans répit, mais ou on peut y trouver un peu de chaleur, pour tenir le coup. Ou alors, elle se met à détester ce qu'elle est, ceux qui les ont crée, ceux qui l'entourent, ou finalement, le monde entier. Tout ça n'est qu'un cercle vicieux, mais on a le choix d'y entrer ou pas. Il faut simplement aller au dessus de tout ça.

    C'était la réelle différence entre cet homme et moi. J'ai décidée d'apprécier la vie malgré qu'elle ne soit pas à mon goût. Et lui, préfère détester tout ce qu'il voit et ceux qui l'ont rendu ainsi, c'est peut-être plus simple d'avoir de la haine plutôt que de l'amour, ça nous guide peut-être plus longtemps. Mais lorsque la vengeance sera terminée, qu'aura-t-il ? Un vide à l'intérieur, qui le rendra bien plus solitaire que maintenant. Il voudra peut-être même mourir. C'est pour cette raison, que je suis l'unique réussite du Projet des Dieux Reforgés. J'étais la seule déesse capable d'aimer assez la vie pour recevoir une seconde chance en temps que tas de ferraille. Tout les autres essais, ont été tous ratés. Je m'en souviens d'un particulier, il y a un petit moment...

    C'était peu après ma reforge. J'avais du mal à m'adapter à ce monde qui me semblait si différent, je n'avais plus la même puissance qu'avant, même si mon corps était resté le même, de l'extérieur. Je ne savais pas quoi faire, confinée dans ma chambre, à essayer de m'adapter à mon nouveau corps. Puis, je fis un petit tour du côté du Labo, pour essayer de voir comment j'avais été fabriquée. C'était probablement la pire idée qui m'était venue depuis ma reforge, j'arrivais à peine à marcher, ce corps est plus lourd que celui que j'avais avant... Puis, arrivée dans la salle d'observation du Laboratoire, on pouvait voir une autre femme, dans un appareil en tube, assez grand, probablement un incubateur. Elle dormait à l'intérieur, peut-être que son corps avait été terminé, qu'il ne manquait plus qu'à arracher son esprit au monde des morts. Le processus fût assez impressionnant, des dizaines de scientifiques s'étaient réunis dans une pièce spéciale, en rond, autour d'une sorte de cercle rituel, pour enfin concentrer leur énergie et en quelques heures, attirer l'âme jusqu'ici. Ainsi fait, ils se mirent à courir vers l'incubateur, épuisés, pour insérer l'âme dans le corps, et le faire s'adapter à celui-ci, pour qu'elle puisse ouvrir les yeux, une nouvelle fois. L'incubateur s'ouvra, laissant échapper l'eau de celui-ci, et le corps tomba raide mort sur le sol. Il semblait inerte... Une expérience ratée ? Pas exactement. Le corps se mit à trembloter, puis à se relever doucement. Le choc de la seconde vie, c'est ce qu'ils appellent... Cet état d'esprit ou tout nous revient, ou rien du tout, ou l'esprit se perd dans le corps, et se laisse emporter par ce qu'on nomme les Dieux Malveillants. Ainsi, le corps et l'esprit ne sont plus du tout reliés, et quelque chose d'autre en prend le contrôle. Quelque chose, et non pas quelqu'un. Enfin, le corps devient fou, l'esprit a été emporté, et ce qui en prend le contrôle essaye de trouver un sens à la vie, sans succès, puis tente de tout détruire. C'est ce qui est arrivé ce jour là. Le corps de la femme, relevé du sol, nu, semblait tellement vide de chaleur, de vie... Il n'y avait que son sourire dément qui nous montrait que l'expérience avait été une réussite, mais aussi un échec.

    Elle se mit à hurler en agrippant la tête, plantant ses ongles dans son crâne jusqu'au sang, elle ne désirait pas revivre ainsi, surtout pas comme ça, ni même revivre j'imagine. Les scientifiques essayaient de la contrôler, sans réel succès, puis elle s'arrêta instantanément. Figée sur place, comme une statue, avec la même pose que lorsqu'elle se débattait. Puis elle retira les ongles de son crâne, baissa la tête et laissa tomber le haut de son corps, il n'y avait que ses jambes qui tenaient son corps. C'est là que mon scooter intégré se mit à s'affoler brutalement, une énergie grimpait à une vitesse ahurissante dans la pièce, mais elle était tellement grande qu'il était impossible de dire à qui elle appartenait. Puis finalement, la fille se mit à crier extrêmement fort, une aura rouge fût projetée par son corps, mais l'énergie était trop puissante pour elle, et son corps se fendit en plusieurs endroits. Du haut en bas de son ventre, sa nuque, sa tête, ses bras, ses jambes... Tout ce Ki qui affluait en elle était trop important, et il devait bien sortir quelque part, il s'est donc frayé un chemin à travers le corps. C'est ainsi que sa seconde vie s'arrêta, sous mes yeux médusés. J'étais... Effrayée, au début. J'avais peur de finir comme elle, mentalement, physiquement. Je ne voulais pas devenir une machine incontrôlable. C'est pour ça qu'il existe, une télécommande pour arrêter mes fonctions, dans le laboratoire, bien cachée dans le bureau de ma mère défunte.

    Le Squelette marmonnait des choses que je ne comprenais pas, perdue dans mes pensées sur le moment. Le petit discours qu'il a eu droit d'entendre l'avait probablement fait réfléchir, il ne devait pas être une expérience ratée, ni même réussie, il était encore entre les deux, à choisir qui il voudra être, s'il accepte son passé. Puis, il colla son front contre le miens. Mes yeux jaunes fixaient ses yeux d'un violet éclatant, ils étaient envoutants, perçants aussi. Il se recula alors, puis enleva son masque pour me permettre de voir son vrai visage. Un squelette, que dire de plus ? Ils se ressemblent tous, mais seulement de l'extérieur. Je le voyais, il n'arrivait pas à choisir ce qu'il voulait pour lui-même. Veut-il que les gens le détestent, qu'ils l'aiment comme il est ? Ou tout simplement, il veut les rendre comme lui, ou désire encore plus de tous les tuer ? Tout ça n'était pas simple à deviner, mais il souffrait, de l'intérieur. C'est après qu'il commença à me raconter une histoire, probablement la sienne. Puis...

    - "Si je te dis tout cela, c'est parce que je vais devoir t'effacer la mémoire à toi aussi.. Mais qu'une toute petite partie hein ? Je vais te faire oublier le fait que tu sois une déesse, et là.. On sera égal, tu pourras toi aussi juger tes actes et on sera.. PAREIL !"


    Son corps se mit à disparaître tout le long du récit plutôt court mais assez révélateur, puis il mit son masque, en s'approchant doucement de moi. Oublier le fait que je sois une déesse ? Il se trompe... Lui et moi, égaux ? Je viens de m’apercevoir que non, nous ne sommes égaux en aucun point. Et, bien que je ne veuille pas que tout tourne ainsi, je dois le lui faire comprendre. Je ne connais pas sa force, mais la mienne n'est pas non plus à 0. Je pense pouvoir l'aider. Je l'espère.

    Mes yeux reprirent une couleur rouge après un clignement d’œil rapide, j'activais mon Shoki pour pouvoir contrôler à la perfection mes prochains mouvements. Je ne voulais pas me battre, je devais tourner mon savoir faire de manière à ne pas le vexer et lui donner le chemin à suive, lui donner une raison de vivre sans la haine. Je pris une longue respiration en croisant mes bras, toujours en fixant le squelette sans le quitter des yeux une seule fois.

    - Himatsubushi !

    Une onde de choc sortit de mon corps lorsque mes bras se projetèrent sur les côtés, englobant le squelette et un peu plus loin même, pour éviter que sa forme de fumée ne puisse s'échapper à cause d'un manque de rayon. Je gardais la technique ainsi, sans bouger, en fixant le squelette des yeux, lui aussi immobilisé.

    - Tu te trompe sur toute la ligne. Nous sommes peut-être des expériences, mais toi et moi, nous sommes totalement différents. Tu a choisi de détester la vie, ceux qui t'ont rendu ainsi, ceux qui t'ont crée, ta famille, tes amis, tu préfère détester le monde. Ce n'est pas en me retirant une partie de ma mémoire que nous serons les même. Je peux déjà faire mes propres choix. Ce qui nous différencie, c'est que moi... J'ai décidée d'aimer la seconde chance qui m'a été offerte.
    Dis-je, en accentuant sur la dernière phrase, avec un sourire chaleureux.

    Ma technique restait en place, je voulais savoir ce qu'il en pensait. Non, pas de moi... Mais plutôt, ce changer l'intérieur de ce squelette pourri par ces Dieux Malveillants. S'il le faut, je deviendrais son ange gardien.

Revenir en haut Aller en bas
Dieu

avatar

Skull
Dieu

Nombre de messages : 447

Age : 21

Date d'inscription : 23/12/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 114.450
Niveau: Niveau 126 (120+1+5)



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Mer 10 Oct - 21:04



    » Un danger :.


    Bloqué, voila ce que la déesse aux apparences de fillette m'avait réservé pour la peine de l'avoir provoqué. Ces yeux viraient de nouveau au rouge, elle avait activé une technique qui m'empêchait de bouger normalement, malgré ma forme spectrale.

    "Tu te trompe sur toute la ligne. Nous sommes peut-être des expériences, mais toi et moi, nous sommes totalement différents. Tu a choisi de détester la vie, ceux qui t'ont rendu ainsi, ceux qui t'ont crée, ta famille, tes amis, tu préfère détester le monde. Ce n'est pas en me retirant une partie de ma mémoire que nous serons les même. Je peux déjà faire mes propres choix. Ce qui nous différencie, c'est que moi... J'ai décidée d'aimer la seconde chance qui m'a été offerte."


    Hahaha.. Aimer sa seconde chance. Non vraiment, je ne pouvais pas les blairer ces gens là. Elle me parlait comme ci nous étions similaires, mais qu'est ce qu'elle avait en commun avec moi finalement ? Je suis un putain de squelette qui s'amuse à faire peur aux gens faibles ou bien tuer les plus braves au combat. Et elle, c'est une déesse, qui a reçut une éducation qui fait en sorte qu'elle sera toujours sur la bonne voie, qu'elle se comportera TOUJOURS de la bonne manière, qu'est ce que ça peut être frustrant d'un côté.

    C'était comme ça que j'interprétais ces paroles sur le moment, parce bon, lorsqu'on est con et que quelqu'un éprouve de la compassion pour nous, on se contente de rester dans son coin ou de repousser la personne en question, tout simplement une question d'égo, un problème d'égo plutôt.

    Ce n'était pas facile de ne pas en avoir après la chute que j'ai subis sur Nagéis, et je ne parle pas physiquement, parce que bon, depuis ma naissance mes adversaires me balancent dans tous les coins, me bastonnent ou autre.. mais non, je parlais moi d'une chute mentale, d'un moment où on se demande pourquoi vivre ? Ou plutôt, comment survivre à ça ?

    Le temps de réfléchir, et je trouvais le temps d'en venir aux rires. Moi, expérience numéro deux, j'allais foutre la branlée à la déesse reforgée qui se tenait droit devant moi. Elle pouvait sortir ses gros yeux rouges, ou même me bloquer pour me faire peur.. J'ai connu pire, vachement pire qu'elle.. Bien qu'elle était assez effrayante en fin de compte, c'était ça mon objectif à vrai dire, vérifier ces dits.

    "Non. Je n'ai ni de famille, ni d'amis, ni même de réels souvenirs ou de contact avec les gens, puisque les seuls que je cause je finis toujours par les emporter avec moi, sinon on essaye de me retrouver et de refaire le monde.. Connais-tu la puissance de mon pouvoir ? Je peux faire de toi un esclave.. enfin, si je t'atteins."


    Je restais immobile dans le champ qui m'entourait, mon adversaire m'avait bien eu sur ce coup en engageant en premier les hostilités, comment lui mettre une raclée ? Je baissais la tête suite à mes paroles, je réfléchissais encore, j'étais bon qu'à ça. Mes yeux ne brillaient plus pendant ma réflexion, ils étaient d'un simple violet, si bien qu'on aurait dit que je m'étais éteint, désactivé.

    Elle m'avait satisfait d'un côté la gamine. J'avais eu ce que j'attendais d'elle, de la brutalité et de la répartie à la fois. Une expérience n'est pas différente d'un être humain, je ne comprenais toujours pas pourquoi sur Nagéis j'avais pris la fuite en quelque sorte en acceptant de me faire massacrer et de laisser Anhor mourir par ma créatrice. C'était donc moi qui avait eu un problème à ce sujet, mais d'un sens, je ne savais même pas que j'étais une expérience !

    Ashigaru aussi d'un autre côté, mais lui ne le prenait pas aussi mal et en riait même, combattant vaillamment l'adversaire. Mais d'un autre côté, nous n'étions pas pareil, je me prenais pour Dieu, lui pour rien du tout. Et puis, il était vraiment le fils d'un clan réputé d'épéiste, il avait vraiment eu une vie avant ça, alors que moi, je n'ai rien fait d'autre que de servir les Nokatis dans l'ombre, n'apparaissant que pour effacer les souvenirs, pas de remerciement, rien, elle est belle la vie.

    Puis surtout, j'avais remarqué une première chose en elle lorsqu'elle m'avait adressé la parole, ses yeux rouges.. Pouvait-elle vraiment contrôler un corps dont elle n'était pas le propriétaire ? Ma curiosité qui était à son comble.

    "Je ne te referai pas le coup du méchant squelette."


    J'essayais de bouger le bras en vain, mes mouvements étaient trop ralentit pour pouvoir faire quelque chose. Qu'allais-je faire à présent ? Continuer le combat ? C'était très mal partit, surtout que j'avais eu ma réponse.

    Je continuais d'observer la Cyborg malgré tout, ses yeux, elle ne me craignait pas, elle soutenait mon regard, cherchant quelque chose en moi mais quoi ? Elle voulait me résonner ou bien ?

    Ma tête me lâchait cette fois ci, des tas et des tas de souvenirs me submergèrent dans ma tête, des discussions, une sorte de procédure pour sauver les Dieux.. X59.

    Je divaguais au ralentit tout en fixant Miri, il fallait filtrer les informations maintenant, les décrypter plus vite pour mieux les trier et accéder à mon objectif, ses putains de techniques de combat.

    Techniques de combat, discussion, une petite sœur enfermé dans un soleil, un combat contre des mercenaires tarés, l’Éden.. Techniq..

    Je ne sais pas combien de temps ça a duré, puisque tout était ralentit autour de moi, à en perdre la notion du temps décidément, ai-je passé des heures ou des minutes à la fixer ?

    "Ketsugou."


    Enfin j'allais pouvoir faire quelque chose ! J'attendis un tout petit peu, mes pieds étaient brûlants, de l'énergie en masse se rassemblait dans cette partie du corps.

    Mais bon dieu qu'est ce que je faisais ? Des petites secousses se firent de plus en plus présente autour de moi, mes pieds brillaient maintenant, j'allais décoller !

    Telle une fusée, je détalais en arrière en bondissant comme un chat sauvage. Je m'écroulais au sol quelques mètres plus loin, mon bond avait été incroyable, ma chute aussi. Je me redressais sans mal cependant, c'est que j'étais devenu solide à la force de faire des conneries.

    "Taïyoken !"


    Un flash blanc, puis plus rien. Je ne sais pas si j'avais réussis à aveugler ou pas la déesse reforgée, une chose est sure, c'est que cette action me laissait le temps de manœuvrer.

    Je fonçais droit devant moi de toute ma vitesse pour rattraper la distance entre moi et mon adversaire. Puis une fois arrivé à portée, je tendis mon bras gauche droit devant moi, il atteignit une taille impressionnante en quelques secondes, entouré de cornes et d'autres atrocités faites d'os. Je m'en servis pour saisir Miri et l'empoigner avec force. D'un sens, je me vengeais du petit affront qu'elle m'avait fait, puis surtout pour cesser les hostilités et clore une bonne fois pour toute ce combat que j'avais moi même provoqué.

    Mes yeux brillèrent de nouveau, j'avais du mal à la tenir.

    "C'est bon ! Je te testais juste en te racontant des conneries."


    Puis voyant le mal que j'avais à tenir ce tas de rouille ambulant, je lâchais Miri au sol pour poser mon immense bras en os à son tour sur le sol, cette fois, ce n'était pas le même impact, le bras démoniaque que j'avais piqué à Ashigaru était terriblement lourd.

    Je me reposais quelque temps, regardant la pluie tomber comme à son habitude sur le sol, je me redressais sur mes deux jambes. J'étais donc un dégonflé, voila, un dégonflé qui n'avait pas su faire face aux Nokatis, même elle n'avait pas hésité à m'attaquer..

    Putain, pourquoi repenser à ça ? Ça m'a laissé des séquelles cette bataille. Les premières peut-être. En tout cas, il fallait maintenant la questionner sérieusement.

    "Nous sommes différents, en beaucoup de points, trop pour se comprendre, malgré la bribe de souvenirs que j'ai eu de toi, ça m'a fait plus mal à la tête qu'autre chose. J'aimerai juste savoir une dernière chose sur toi. Tu peux contrôler ton corps métallique quand tu combats ? Rien que tes yeux rouges.. Ça ne m'inspire pas confiance.. Parce que ce que t'as sur le ventre comme signe, je suis déjà tombé dessus dans le passé. J'ai reforgé moi même une armure qui combattait à mes côtés, avec des matériaux d'une rare qualité et de capacité à détruire.. Je me demande bien comment vous avez fait les dieux pour inventer cela, prendre des morts et les mettre dans des corps métalliques, enfin, le concept de renaissance je m'en fiche un peu, mais c'est vos corps qui me dérangent.. Tu m'as l'air d'un véritable danger."


    Je scrutais un peu les environs, je savais qu'elle pouvait faire sortir des épées de ses avant-bras. Un corps comme ça, c'est mortellement puissant, un peu trop pour se contrôler je dirais.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Kaioken

avatar

Miri
Kaioken

Nombre de messages : 31

Age : 24

Date d'inscription : 05/08/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 48750
Niveau: Niveau 46



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Jeu 11 Oct - 12:41



    » Rencontre I-R54 [ Sk-214 ] Qui je suis ? Ce que je suis ? Rien ni personne. Plus aujourd'hui. :.




    Je n'aime pas vraiment me battre. Mais ais-je le choix ? On a différentes façons de se battre, celle pour aider les gens, ou pour simplement les tuer. Le reste est un travail de l'esprit, qui jugera pour vous si ce que vous faites est la bonne chose à faire. Si c'est le cas, vous continuerez dans cette lancée. Sinon, vous changez. Et ce changement n'est en général jamais bon... Car on fini toujours seul.

    Je regardais ce squelette vivant emprisonné dans ma bulle d'énergie, je voulais en savoir plus sur lui, savoir comment l'aider, je voulais qu'il me le dise. Regarder un être dans le creux des yeux, ça vous semble bizarre ? Moi, je trouve ça plutôt classe en fait. Mais reste à savoir s'il veut de mon aide. Il se mit à rire, après quelques minutes passées là dedans. Enfin, pour moi, ça faisait quelques minutes. Pour lui, ça devrait probablement faire quelques heures. Je trouvais ça étrange, jusqu'au moment ou je me suis dis que ça m'étais arrivée, à moi aussi, de me retrouver dans une situation comme celle-ci. Il se mit à parler enfin.

    - "Non. Je n'ai ni de famille, ni d'amis, ni même de réels souvenirs ou de contact avec les gens, puisque les seuls que je cause je finis toujours par les emporter avec moi, sinon on essaye de me retrouver et de refaire le monde.. Connais-tu la puissance de mon pouvoir ? Je peux faire de toi un esclave.. enfin, si je t'atteins."

    Alors c'est comme ça... Il n'y aura vraiment aucun moyen de le faire changer d'avis ? J'attendrais encore un petit peu avant de décider de me battre vraiment, mais si je dois faire quelque chose, autant me préparer à l'avance. Je n'ai pas eu l'occasion d'aider beaucoup de gens depuis ma reforge. Avant, c'était ce que je préférais faire, porter assistance. Diriger les gens vers le droit chemin, comme ma mère le faisait. Depuis qu'elle est morte en sauvant notre planète, je ne sais plus vraiment quoi faire ni ou aller. Si seulement elle pouvait me guider, une nouvelle fois... Mais pour le moment je dois faire de mon mieux. Je dois aider cet homme, même s'il m'en coute la vie. Je l'ai déjà perdue une fois, ça ne me fais pas peur de la perdre une seconde fois.

    - "Je ne te referai pas le coup du méchant squelette."


    Il se mit à essayer de se déplacer, je pouvais le sentir. Néanmoins, une vague de souvenirs vinrent en moi, un court moment. Tout ce que j'avais pu vivre jusque là, tout ce dont je me souviens, tout ce que j'ai vécu et que ma mémoire me laisse intact. Absolument tout, jusqu'aux moindres détails. Je me suis demandée si c'était le squelette qui fouillait dans ma mémoire, en me laissant vivre mes bribes de souvenirs. Puis, la seule idée qui m'est venue en tête, c'est de considérer ça comme un coup du sort, un dysfonctionnement du système. J'en ais eu beaucoup jusqu'ici, alors un problème comme ça, j'en suis pas étonnée. Loin de là, même... C'est alors que quelque chose me sortit de mon état pensif, une énergie qui me semblait extrêmement familière, et qui même m'appartenait. Une énergie que j'utilisais d'une façon bien spéciale, que cet homme, dans sa bulle transparente, utilisait aussi. Il y avait deux possibles raisons pour que ce squelette puisse reproduire une technique quasi-similaire à la mienne. Soit, il la connaissait déjà. Ou alors... Il fouillait bien dans mes souvenirs pour me voler mes techniques.

    - "Ketsugou."

    C'était bien ce que je pensais. L'énergie qui s'accumulait dans ses pieds, c'était l'énergie de la terre, celle que j'utilise moi pour utiliser mes techniques. Et qui plus est, il m'a volé mon nom de technique ! Il fit un bond de plusieurs mètres en arrière, pour sortir de la bulle, il avait trouvé le défaut de cette technique en utilisant mon propre arsenal contre moi. Je n'eus pas le temps de désactiver ma bulle d'énergie pour l'attirer vers moi, il en était déjà sorti. Un nuage de poussière s'était formé autour de moi, à cause de l'implosion, je ne voyais plus le squelette. Puis, un flash blanc, en direction du squelette mais qui venait sur moi. La lumière avait été atténuée par le nuage de poussière, mais pas assez, ce flash me fit reculer, et par dessus tout, me couvrir les yeux de mes bras. Puis une grande énergie me faisait face, très proche, elle est arrivée très rapidement, probablement le squelette. Il envoya son bras en ma direction, un énorme bras difforme, qui m'attrapa fortement, me soulevant aussi par la même occasion. Son bras était terriblement puissant, j'avais du mal à respirer, ça me faisait mal, aussi. C'était peut-être la fin, je ne pouvais rien faire dans ces conditions. Après une bonne minute à me tenir ainsi, il se mit à me parler.

    - "C'est bon ! Je te testais juste en te racontant des conneries."

    Puis il relâcha son bras, et moi par la suite. Mon corps tomba au sol, j'avais plus mal à la tête qu'autre chose, son bras lui, fracassait le sol à cause de son poids et de la taille qu'il faisait. Il se posa à son tour au sol, fixant la pluie, probablement pensif ou nostalgique. Impossible de dire à quoi il pensait, mais j'avais peut-être réussie à le faire réfléchir. Toutefois, je suis contente de ne pas l'avoir combattu, il m'aurait probablement explosée...

    - "Nous sommes différents, en beaucoup de points, trop pour se comprendre, malgré la bribe de souvenirs que j'ai eu de toi, ça m'a fait plus mal à la tête qu'autre chose. J'aimerai juste savoir une dernière chose sur toi. Tu peux contrôler ton corps métallique quand tu combats ? Rien que tes yeux rouges.. Ça ne m'inspire pas confiance.. Parce que ce que t'as sur le ventre comme signe, je suis déjà tombé dessus dans le passé. J'ai reforgé moi même une armure qui combattait à mes côtés, avec des matériaux d'une rare qualité et de capacité à détruire.. Je me demande bien comment vous avez fait les dieux pour inventer cela, prendre des morts et les mettre dans des corps métalliques, enfin, le concept de renaissance je m'en fiche un peu, mais c'est vos corps qui me dérangent.. Tu m'as l'air d'un véritable danger."

    C'était un question à laquelle je m'attendais. A vrai dire, je voulais une réaction comme celle-ci. Cet homme a été détruit par son passé, physiquement, mentalement, et je pouvais le reforger. Du moins, je pouvais essayer. C'est vrai, nous sommes différents. Mais nous pouvons nous comprendre. Moi aussi, je cache quelque chose au fond de moi, ce regard, cet état d'esprit, que je ne veux pas retrouver de nouveau, qui me force à faire des choses cruelles qui sont contre ma volonté. Il ne le sait pas. Non, il ne le sait pas... Je pris à mon tour ma respiration, assise au sol, à fixer la pluie.

    - Avant de répondre à ta question... Je dois te dire une chose. Nous sommes différents, mais je cache quelque chose à l'intérieur de moi qui te ressemble, beaucoup. Comme je t'ai dis, j'essaye d'aimer ma seconde vie. Je lutte, pour mettre de côté cet esprit noir de mon corps. J'aurais pu être comme toi, dans le fond. Mais j'ai décidée de ne pas l'être. Et on est bien mieux comme ça, crois moi.

    C'était vrai, tout ça. J'aurais pu être comme ce squelette et détester tout le monde, tuer tout le monde, pour mon propre plaisir, pour un avenir solitaire. Mais, je me suis posée une simple question : "Et après ?" Que serais-je devenue, après que tout le monde soit mort ? Je n'aurais plus personne à tuer. Alors, mon esprit actuel prendrait le dessus, et regretterait d'avoir tué toutes ces personnes. Puis, on en vient à faire les pires choses possibles, du moins à les vivre.

    - Oui, je peux contrôler mon corps. En ce qui concerne le fait que tu ais pu reforger quelqu'un, c'est possible en effet. Ce projet existe depuis des centaines d'années, il n'a été complété que lors de ma création. Je suis le seul prototype encore en vie aujourd'hui, et qui ais gardé un état d'esprit saint. Je dirais que le résultat dépend de la personne qu'on reforge, si elle est assez forte pour supporter une telle épreuve. Puis, en ce qui concerne mon corps... Eh bien, c'est vrai, ça a l'air dangereux vu comme ça. Mais ça l'est aussi pour l'utilisateur. Récemment, j'ai eu une nouvelle amélioration. La seule chose que je sais, c'est que je ne dois l'utiliser que si j'en ais vraiment la nécessité. Et mon but ici, c'est de trouver ces reliques pour permettre aux futurs Dieux Reforgés d'être capable de vivre, tout comme moi. Ou d'être plus forts.

    C'est à peu près tout ce que je pouvais lui dire sur moi. Le reste, c'était bien trop confidentiel, et là, je dépassais déjà largement mon droit de parole sur les Dieux Reforgés. Mais j'avais moi aussi quelques questions à lui poser, et pour ça, il fallait quelque chose d'équivalent.

    - J'ai une question, moi aussi. Si tu t'inquiète tant à propos de la reforge, c'est parce que tu désire devenir un être Reforgé ? Ou bien pour savoir si tu compte t'en faire des ennemis ou alliés ?

    C'était important pour moi. Je devais savoir ce qu'il voulait faire, ou ce qu'il voulait devenir. Il avait plusieurs choix à présent, pour déterminer son avenir. Continuer sur le chemin qu'il a tracé, ou me suivre, et changer littéralement de vie. C'est à lui, de faire son choix. En temps qu'expérience, il peut tracer son chemin, dés aujourd'hui.


Revenir en haut Aller en bas
Dieu

avatar

Skull
Dieu

Nombre de messages : 447

Age : 21

Date d'inscription : 23/12/2011


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 114.450
Niveau: Niveau 126 (120+1+5)



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Sam 13 Oct - 13:20



    » Devenir Dieu ? :.



    "Avant de répondre à ta question... Je dois te dire une chose. Nous sommes différents, mais je cache quelque chose à l'intérieur de moi qui te ressemble, beaucoup. Comme je t'ai dis, j'essaye d'aimer ma seconde vie. Je lutte, pour mettre de côté cet esprit noir de mon corps. J'aurais pu être comme toi, dans le fond. Mais j'ai décidée de ne pas l'être. Et on est bien mieux comme ça, crois moi."


    Je lui donnais vraiment cette impression, d'être quelqu'un qui n'aimait pas la vie et qui était aussi ténébreux que ça ? Enfin, je savais très bien que je souffrais d'une certaine façon, d'un manque se sociabilité et de tendresse. Mais que voulez vous ? Je suis un squelette de laboratoire, je n'ai pas été formé dans le but de cueillir des fleurs et de me faire des amis.

    Et puis, pour plaider ma cause, je peux aussi affirmer que j'ai toujours cru combattre pour des raisons justes et nobles. J'ai toujours été contre les grands Tyrans et autres serpents de l'univers, parfois même, seul contre tous, si ce n'est pas pour dire tout le temps.

    Je restais silencieux suite à ses paroles, je savais qu'elle avait quelque chose d'autre à ajouter, qu'elle allait continuer son discours, puisqu'elle n'a pas répondu à ma question initiale : Est ce que son corps est dangereux ?

    "Oui, je peux contrôler mon corps. En ce qui concerne le fait que tu ais pu reforger quelqu'un, c'est possible en effet. Ce projet existe depuis des centaines d'années, il n'a été complété que lors de ma création. Je suis le seul prototype encore en vie aujourd'hui, et qui ais gardé un état d'esprit saint. Je dirais que le résultat dépend de la personne qu'on reforge, si elle est assez forte pour supporter une telle épreuve. Puis, en ce qui concerne mon corps... Eh bien, c'est vrai, ça a l'air dangereux vu comme ça. Mais ça l'est aussi pour l'utilisateur. Récemment, j'ai eu une nouvelle amélioration. La seule chose que je sais, c'est que je ne dois l'utiliser que si j'en ais vraiment la nécessité. Et mon but ici, c'est de trouver ces reliques pour permettre aux futurs Dieux Reforgés d'être capable de vivre, tout comme moi. Ou d'être plus forts."


    Reforger des Dieux comme elle ? Pourquoi pas d'un sens, mais il fallait savoir qui était à la tête de tout ça, et pourquoi il les reforgeait ? Ce projet avait l'air bien beau à la surface, mais personne ne savait ce qu'ils allaient faire après. Reprendre le pouvoir et condamner les peuples à les vénérer ? Ou bien se planquer sur une planète et exploser tout ce qui bouge ? Ils avaient un corps mécanique, ils étaient des Cyborgs, comme Anhor, ils n'étaient pas viables du tout là dessus.

    "J'ai une question, moi aussi. Si tu t'inquiète tant à propos de la reforge, c'est parce que tu désire devenir un être Reforgé ? Ou bien pour savoir si tu compte t'en faire des ennemis ou alliés ?"


    La première partie de sa phrase me fit hésiter un moment. Devenir un Dieu reforgé.. et accéder au titre de Dieu en quelque sorte, pour de bon. Cela me fit envie, cela me donnait quelque chose que je n'avais pas ressentit depuis longtemps, de l'espoir. Mais je ne pouvais pas malheureusement, c'était contre mes principes, c'était contre moi en personne. Si je devenais une machine aussi dangereuse qu'elle ou Anhor, alors je courais à ma perte tout simplement, je suis ce que je suis par mes souvenirs, par mon corps, par ce que je suis tout simplement, si on m'ajoute des tronçonneuses ou des plaques métalliques qui me permettent de devenir aussi rapide que la foudre, est ce que je serais toujours Skull, expérience numéro deux ? J'en souffrais déjà assez d'être une expérience, pour qu'en plus devenir encore plus mal au fond de moi.

    C'est la deuxième partie de sa proposition qui accentua mon malaise. Des ennemis ou des alliés ? Hum.. Cette proposition me fit comme un hic au fond de moi, me secoua en quelque sorte. On m'adressait la parole comme ci que j'étais un grand stratège qui discutait autour d'une table pour étendre ses territoires afin de prendre le monde. Non, je ne voulais ni faire partit des leurs, ni devenir un de leurs alliés/ennemi, je n'étais que l'allié de la justice, et de personne d'autre. Et si jamais ces Dieux reforgés se mettraient sur mon chemin, ils en payeront par leurs âmes, ça faisait longtemps que je n'avais pas prise, d'ailleurs.

    Je reculai suite à sa proposition, avant de lever mon gantelet en fer au ciel. Il était rouillé et remplit de sang, malgré la pluie qui coulait dessus à grosses goutes. Il n'était pas lavable, ni lui, ni ma bonne vieille cape. D'un coup de vent, je récupérai mon du du début, sale, troué, dans un sale état et d'une couleur grisâtre/sépia à cause de la poussière. Ma cape, ma bonne vieille cape à moi, la vraie, pas la blanche, pas la divine, celle qui me définissait moi tel que j'étais, et pas pour un titre ou même des valeurs.

    "Pourquoi devenir un Dieu reforgé alors qu'on peut devenir un Dieu tout court ? Je ne suis pas encore mort, bien que mon apparence semble vous faire croire que si. Je suis en vie.. Et j'ai encore beaucoup de temps devant moi pour apprendre à devenir Dieu et me laver de tous mes vices. C'est par le comportement et les faits que l'on devient Dieu réellement. La lignée aussi peut-être, mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse plus d'un titre qu'autre chose.. Tu as l'air d'avoir beaucoup à apprendre toi aussi, Miri. Si tu es une Déesse, comporte toi comme telle. Il y a en ce monde de grands dangers, bien plus apeurant et terrifiant que moi, combat les et aide les innocents avant tout, au prix de ta seconde vie."


    Ses souvenirs, j'y accédai encore par le biais de mes yeux. Non seulement j'avais vu son nom mais aussi le fait qu'elle avait assisté à l’Éden. Pourquoi ne pas être intervenu pour stopper Kuja ? J'avais des tas de questions à lui poser, elle m'intriguait réellement. Le problème était que le temps était venu de partir, de clore la discussion.

    La pluie cessa de tomber subitement, le ciel redevenait à peu près orange. Je levais la tête vers le ciel, me désintéressant de Miri. Ces souvenirs défilaient à toute vitesse, mes pupilles aussi se mirent à briller de mille feux, comme ci qu'elles avaient absorbés tous les éléments de notre rencontre. Il était temps de me faire oublier un peu.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Cyborg

avatar

Anima
Cyborg

Nombre de messages : 267

Age : 20

Date d'inscription : 15/01/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 80.300
Niveau: 113(108+5)



MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   Jeu 18 Oct - 20:57

Skull : 408 lignes : 40.800 xp et 20.400 Zénis

GG à toi Miri pour ce beau rp Wink
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Souvenir reforgé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Souvenir reforgé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG-Dragon Ball Z :: RPG :: Célestia :: Village maléfique en ruines-