Bienvenue sur le RPG-Dragon Ball Z de référence ! Bonne ambiance et rpg palpitant garanti!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La naissance et l'entrainement de Denkyu, le fils d'Hakai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sayans

avatar

Yasha
Sayans

Nombre de messages : 68

Age : 28

Date d'inscription : 16/08/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 137200
Niveau: Niveau 101



MessageSujet: La naissance et l'entrainement de Denkyu, le fils d'Hakai   Dim 25 Nov - 19:22

A bord du vaisseau d'Hakai.

Le lendemain de mon retour de la planète Iria. Nina eut des contractions, nous voulions tous aider la maman à accoucher mais Vicky refusa et elles restèrent entre femmes pour s’assurer du bon déroulement de l’accouchement. Nina mit au monde un bébé bien vivace qu’elle prénomma Denkyu.

Je pensais alors que j’avais encore de longues années devant moi avant de devoir m’occuper de l’entrainement de son fils mais je me fourrais le doigt dans l’œil. En quelques semaines, le bébé grandit rapidement. C’est alors que Nina vint à ma rencontre et m’expliqua la spécificité de sa race, les membres de son espèce mettaient au monde des bébés qui acquéraient l’apparence physique et les capacités intellectuelles d’une enfant de dix ans en seulement quelques mois. En l’espace d’un mois, Denkyu était déjà devenu un enfant de cinq ans. Un enfant certes mais quel enfant. Il n’était pas le fils d’Hakai pour rien, Denkyu avait un tempérament qui m’épuisait. C’était un enfant turbulent, casse-cou, malpoli et qui ne cessait de poser des questions et de provoquer les membres masculins de l’équipage à tout bout de champs. Mon cauchemar venait de commencer et je n’allais pas tarder à connaître la douleur et à me rendre compte que c’était une lourde tâche que m’avait confié Hakai…

Ma vie sur le vaisseau devint rapidement plus mouvementée à partir des jours qui suivirent, Denkyu devint curieux et touche à tout. Il commença à agacer les membres masculins de l’équipage et il y eut un épisode ou Teron faillit se transformer en super saiyen légendaire pour faire taire celui qui ne cessait de le provoquer. Kusai quand à lui fut plus patient et parvint à se débarrasser du problème en envoyant le gamin jouer ailleurs. Évidemment, l’ailleurs fut comme par hasard la plus grande salle du vaisseau où je passais mon temps à méditer et à m’entrainer. J’eus droit alors à nombre de questions, sur le fait que je me tenais relativement à l’écart des membres de l’équipage, sur ce que je faisais, la raison pour laquelle mes cheveux n’étaient pas ébouriffés comme ceux des autres saiyens, sur mes vêtements, les moindre détails qu’il percevait était un motif pour me poser des questions. Je répondis à certaines mais ne répondis pas à celles qui me gênaient. Je lui fis un cours rapide sur ce qu’il me semblait essentiel à savoir la notion de bien et de mal, ce qu’il pouvait faire et dire et ce qu’il ne pouvait pas. Pendant plusieurs jours, je lui avais rabâché cela un nombre incalculable de fois, je l’avais presque répété ad nauseam. Pendant les repas, Nina, sa mère le laissait faire quasiment tout ce qu’il voulait et répondait à chacune de ses envies. Elle le gâtait trop à mon goût et était trop tolérante vis-à-vis des actes de son fils.

Entre son apparence d’enfant de six ans à huit ans, il était devenu encore plus tête brûlée et provocateur, sa puissance avait bien augmentée et il ne tarderait pas à avoir le niveau d’un super saiyen de niveau 2, ce qui me déplaisait grandement. Son potentiel de combat allait nuire au bon déroulement de son éducation, si les enfants étaient moins forts que les adultes, c’était bien pour qu’ils ne puissent pas en faire qu’à leur tête mais pour l’ensemble de l’équipage et moi-même, cela rendait notre cohabitation avec le fils d’Hakai d’autant plus difficile. Je dus patienter jusqu’à ce qu’il ait l’apparence d’un enfant de huit ans pour enfin pouvoir commencer son entrainement. A peine avais-je évoqué que j’allais m’occuper de son entrainement qu’il s’était déjà transformé en super saiyen puis subitement en super saiyen de niveau 2 et qu’il m’avait attaqué.

Je fis alors rapidement appel à ma technique d’ataraxie pour éviter l’ensemble de ses attaques physiques. C’est alors que ce jeune fou lança une vague déferlante que je dus encaisser avec mon bouclier saiyen pour ne pas faire sauter le vaisseau. C’est alors qu’il allait se ruer vers moi que je me transformai en super saiyen de niveau 2 et l’immobilisa.


Yasha : « J’ai dis que j’allais t’entrainer mais tu vas devoir suivre certaines règles bien précises. Si tu veux devenir fort. »

Le jeune saiyen fit la moue mais l’idée de gagner en puissance le fit accepter. Nous passâmes alors les jours qui suivirent à nous entrainer, je lui appris les vertus de la méditation et ne cessait de lui répéter qu’il fallait avoir un esprit fort pour pouvoir utiliser à son plein potentiel la puissance que l’on détient. Cela ne fut pas facile de le faire méditer car le jeune saiyen ne pouvait pas rester en place à ne rien faire pendant plus de cinq minutes mais à force de persévérance, je finis par trouver le moyen de le faire méditer.

Après la méditation, je lui imposai un entrainement spécial, nous nous mesurâmes l’un à l’autre mais avec un certain nombre de contraintes, nous ne devions pas nous transformer et devions faire plus à nos techniques qu’à notre puissance. Chaque jour, je redoublai d’ingéniosité pour mettre le jeune saiyen en difficulté et le pousser à réfléchir sur le moyen de reprendre l’avantage sur moi en combat en temps réel en respectant les règles. Il ne respecta pas les règles lors du premier entrainement et eut droit à une bonne engueulade de ma part, je lui fis un discours sur l’importance de cet entrainement et ne cessa de lui rabâcher l’importance de savoir utiliser sa tête pour se sortir des situations difficiles car j’en étais convaincu, un jour ce jeune saiyen tomberait nez à nez avec un ennemi plus fort que lui et s’il n’apprenait pas à réfléchir, il finirait six pieds sous terre.

Pendant les séances de méditation, j’avais appris une technique qui privait mon adverse de son ki ou plutôt perturbait son flux de ki dans son corps ce qui avait pour conséquences de le priver de ses techniques usant du ki. Je savais que celle-ci se montrerait utile un jour et qu’elle serait d’une efficacité déconcertante sur les personnes arrogantes qui ne compte que sur leur capacité de destruction et la puissance de leur ki.

Je poursuivi l’entrainement de Denkyu et lui appris qu’il était important de savoir se remettre en question pour pouvoir évoluer et grandir. Lors d’un troisième entrainement, je lui appris que le combat n’était pas qu’un échange de coup et qu’une bataille opposant deux êtres avec un vainqueur et un vaincu, je lui appris que c’était un rare et que la façon que chaque être avait de se battre était révélatrice de leur tempérament et de leur caractère. Ainsi, il devait apprendre à lire dans les coups de son adversaire et à apprendre ce qu’il ressentait, si ses coups étaient chargés de rage et émoussés ou si l’on ressentait plutôt de la joie et de l’entrain dans ceux-ci.

Je lui appris alors que sa façon de se battre était assez primaire et désorganisée, que dans ses coups on pouvait sentir qu’il était sûr de lui mais aussi qu’il aimait se battre, se mesurer aux autres et leur prouver sa supériorité. Je l’avais cerné et je savais qu’il aimait dominer les autres et qu’il se pensait être le plus fort saiyen du monde mais même s’il possédait un grand potentiel, il était loin d’avoir le charisme et le recul nécessaire pour être le plus fort. Je lui appris qu’on sentait dans ses coups le besoin de reconnaissance, qu’il voulait qu’on reconnaisse sa force et l’assurance de vaincre mais une assurance trop exacerbée. Il était tellement sûr de lui qu’il commettait des erreurs et laissait parfois de nombreuses ouvertures, il en oubliait que même s’il était fort, il avait de nombreux défauts et faiblesses. A la fin de cet entrainement un mois et demi était déjà passé et le jeune homme avait suivi mes leçons de morales et de combat mais il était temps de savoir s’il avait bien appris ce que je lui avais enseigné.

Un jour, je lui demandai ce qu’il avait retenu de nos entrainements et lui demanda ce qu’il pensait de mes derniers discours. Il m’avoua alors que ces derniers ne lui seraient peut être jamais utiles car il ne voyait toujours pas l’utilité de réfléchir en plein combat, sous prétexte qu’il était suffisamment fort pour vaincre chacun des membres de l’équipage à part, moi y compris, je le mis alors au défi de me vaincre. Il était temps que je lui donne une dernière petite leçon.

Denkyu ne perdit pas une seconde pour se mettre au travail, comme je m’y attendais, il ne perdit pas une seconde pour se transformer en super saiyen de niveau 2 et se ruer sur moi. Il ne pensait encore et toujours qu’à faire appel à sa force brute. Je pris la peine de me transformer en super saiyen de niveau 2 moi aussi pour pouvoir tenir le rythme face à ses attaques puis alors qu’il était au plus haut de sa forme et était fier de prendre peu à peu le dessus, je fis mine de me faire déborder par sa puissance. Il allait devoir apprendre à la dure mais je savais que cette expérience lui ferait enfin comprendre l’utilité de la réflexion en plein combat. Je concentrais alors mon ki dans mon corps et alors qu’il faisait le fier et se vantait, je lui donnai une série de coups de poings et de pieds très rapide qu’il ne put esquiver.


Yasha : « Tu vas connaître le châtiment du Dieu Yasha, j’espère que ça te fera réfléchir. »

Les effets de cette attaque eurent rapidement l’effet escompté, le jeune saiyen perdit le contrôle de son flux de ki et fut tellement perturbé qu’il perdit ses moyens et revint sous sa forme normale. Je fondis alors sur lui et lui colla une droite qui l‘envoya à terre. Le jeune était alors troublé et ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Il me foudroya du regard mais ne pouvait s’empêcher d’être inquiet car comme tout le monde, il avait peur de ce qu’il ne comprenait pas et actuellement, son état le dépassait. Ses yeux étaient au bord des larmes, son ego avait pris un coup et il se sentait dépassé par les évènements. Pour la première fois, il venait de découvrir qu’il n’était pas le plus fort et que la force seule ne suffisait pas à gagner un combat. C’est énervé par son état qu’il me demanda alors ce que je lui avais fait.

Denkyu : « Que m’as-tu fait ? Pourquoi je n’arrive plus utiliser mon ki et me transformer ? Tu… Tu es un monstre ! Méchant ! »

Yasha : « Tu devrais m’être reconnaissant, je viens de t’apprendre la dure réalité. Il est important de réfléchir durant un combat et de bien connaître son ennemi si on veut avoir une chance de l’emporter et de rester en vie. Si j’étais réellement un monstre, j’aurais profité de la situation pour te torturer et te tuer à petit feu, en brisant chacun de tes petits os par exemple. Je t’ai juste donné, une leçon. Maintenant, je te laisse réfléchir à mes enseignements et tu reviendras me voir quand tu sera prêt à mieux utiliser ton ki et à mettre en pratique ce que je t’ai appris. »

Le lendemain matin, le jeune saiyen revint me voir, légèrement boudeur, il semblait encore m’en vouloir de l’avoir vaincu, c’était pour lui l’humiliation suprême car il n’aurait jamais pensé que je puisse le vaincre. Après quelques minutes où il me foudroyait du regard sans rien dire, il m’adressa de nouveau la parole.

Denkyu : « Oncle Yasha, je peux savoir ce que tu m’as fait ? Je peux me transformer maintenant ? »

Yasha : « Je t’ai appris à être créatif et t’ai enseigné bien des choses mais tu n’as rien retenu. »

Denkyu : « Si j’ai retenu tout ce que tu m’as dit mais je ne voyais pas l’utilité de l’appliquer. »

Yasha : « Et maintenant ? Qu’as-tu tirer de tout cela ? »

Denkyu : « Que tu n’avais pas tord sur tout… J’étais trop sûr de moi et je me suis fait lyncher. Dorénavant, je réfléchirais à deux fois avant de foncer dans le tas et j’essayerai d’appliquer ce que tu m’as appris. »

Yasha : « Bien, approche, je vais te montrer quelque chose. »

Je retirai alors ma veste et montrait mon dos au jeune saiyen.

Yasha : « Tu vois toutes ces cicatrices ? C’est le prix de mon arrogance et de mon excès de confiance. J’étais jeune quand ça m’est arrivé mais je me suis fait neutraliser et torturer pendant des heures… »

Je me retournais alors et lui montrais les cicatrices restantes sur mon torse.

Yasha : « En étant trop sûr de soi, on finit par prendre des coups qui peuvent s’avérer mortels, cette cicatrice, c’est celle d’une lame de ki qui a bien failli me débarrasser d’un poumon. Alors, ne te surestimes jamais, cerne tes capacités et celles de ton adversaire et de la situation dans laquelle tu te trouves et agis en fonction de ton âme et conscience. »

Denkyu s’approcha alors de moi et se mit à la hauteur de mon visage et effleura celle qui parcourait mon œil.

Denkyu : « Et celle là ? »

Yasha : « Celle-là, je l’ai obtenue en mettant ma vie en jeu pour protéger une personne qui m’était très chère, une saiyenne incroyable que je n’oublierai jamais. »

Denkyu : « Pourquoi elle n’est pas avec toi ? Vous vous êtes fâchés ? »

Yasha : « Elle est morte alors que j’allais à son secours. Le cataclysme l’a tuée en pleine mission. »

Le visage de Denkyu devint triste mais je le rassurais et lui expliquais que c’était bon et que j’étais passé à autre chose. Après avoir remis ma veste, je me mis face à Denkyu et lui demanda de se transformer.

Denkyu : « Mais je ne peux plus me transformer, non ? »

Yasha : « Ma technique ne te prive pas de ton ki pour toujours, elle perturbe le flux de ton ki de façon temporaire. C’est ton raisonnement et les sentiments de mal aise que tu as ressenti qui t’ont fait perdre tes moyens. Tu peux te transformer et utiliser ton ki depuis longtemps. Mais tes réactions ont eu le mérite de te permettre de réfléchir et de te remettre en question. Je suis fier d’avoir pu constater que tu sais te calmer. »

Denkyu se transforma alors en super saiyen de niveau 2 et fut surpris d'y parvenir, décidément, ce gamin ne semblait plus croire être capable de se transformer alors qu'au final ce n'était que son état d'esprit qui l'en empêchait. Nous fîmes alors un dernier combat qui mit à l’épreuve ses connaissances et je pu constater que la nuit qu’il avait passée sans pouvoir se transformer l’avait fait suffisamment réfléchir pour qu’il change. Il appliquait à présent mes conseils et semblaient enfin ressentir mes sentiments à travers mes coups et lire dans mon jeu. Il utilisait enfin, ce que je lui avais appris. Durant notre combat, il m’avait jaugé, il avait essayé de lire dans mes coups, de les prévoir et parvenait enfin à ressentir ce que mes coups dégageaient. Nous finîmes le combat sur une égalité. Je lui souris alors avant de le féliciter.

Yasha : « Je suis fier de toi Denkyu, tu as enfin eu le déclic que j’attendais et applique bien que je t’ai enseigné. Tu deviendras fort avec ces bonnes bases mais surtout n’oublie pas d’être créatif et de développer ton propre style de combat. Tu as un grand potentiel et peux devenir un saiyen renommé alors continue comme ça et fonce. Maintenant, va l'entrainement est terminé, nous en avons fini pour aujourd'hui. »

Le jeune saiyen souri à pleine dent et rejoignit sa mère. Je fus alors rejoint par Kusai et Teron qui m’avaient surveillé.

Kusai : « Hé bien, c’est un gentil maître que nous avons là, je doutais que tu parviennes à apprendre à ce gosse quelque chose mais apparemment tu es plus doué que tu n’y parais. Tu fais un bon maître finalement même si j’ai trouvé que ta dernière méthode était un peu extrême. »

Teron : « J’ai bien failli venir te remettre en place au début, je ne te sentais pas très motivé et je ne te voyais pas enseigner à ce gosse. Il est le portrait craché de son père d’ailleurs et a un caractère très proche de lui. M’enfin, tu n’es pas venu aux mains rapidement et t’as même réussi à le calmer alors je ne vais pas me plaindre. »

Yasha : « Merci, je suis content de vous avoir revu et d’avoir pu tenir ma promesse mais maintenant, je vais devoir retourner à mon propre entrainement, je compte sur vous pour veiller sur le petit. »

Je m’inclinais alors pour les remercier et me rendait vers le hangar quand je fis la rencontre de Nina et de Vicky.

Vicky : « Alors tu t’en vas ? »

Yasha : « Hé oui, le petit est bien préparé à affronter la vie à présent. Je suis fier de lui, il deviendra quelqu’un de bien et capable de protéger sa famille. »

Vicky : « En parlant de famille et avant de partir, il y a quelqu’un qui veut te parler. Nina ? »

Nina : « Yasha ! Comment as-tu osé porter la main sur mon fils ? Et puis cet entrainement, ces heures passées à suer. Tout ça, ça a servi à quoi ? Et pourquoi, c’est toi qui t’en es occupé ? Si jamais tu l’as traumatisé… je jure que tu veux passer un sale quart d’heure. »

Yasha : « Mes méthodes d’enseignements sont ce qu’elles sont mais si Hakai m’a fait confiance, c’est qu’il avait une raison. Ces entrainements ont permis à Denkyu d’apprendre des choses essentielles à propos de ce monde cruel et chaotique. Au lieu d’être tête brûlée, il a appris que réfléchir avant d’agir était pas plus mal et est sur la bonne voie. Enfin, je me suis occupé de lui car c’est ce qu’a voulu Hakai et cet enfant est bien plus solide que tu ne le crois. Cet enfant est fort et il faudrait vraiment quelque chose de très lourd pour le traumatiser. »

Nina : « J’aurais très bien pu l’entrainer ! Je m’entraine moi aussi et je sais me battre ! Et… »

Yasha : « Nina, Vicky, je compte sur vous pour veiller sur Denkyu. »

Vicky : « Pfft ! Ne t’en fais pas et vas-y ! »

C’est alors que j’allais rejoindre ma capsule avec le joie d'être parvenu à faire taire Nina que je fus rejoint par Denkyu.

Denkyu : « Oncle Yashaaaaa !!! Attends ! »

Yasha : « Oui ? »

Denkyu : « Tu t’en vas déjà ? Mais tu vas où ? Et tu reviendras, dis ? Je veux pouvoir te montrer mes progrès ! »

Yasha : « Ne t’en fais pas, je reviendrai te voir, c’est promis. »

Nina : « Oncle Yasha ? Depuis quand il t’appelle comme ça ? »

Yasha : « Depuis qu’il l’a décidé. »

Denkyu : « Oncle Yasha, c’est un saiyen bizarre mais il est trop bien comme maître ! Il m’a appris plein de choses utiles ! Je pourrais te montrer. Et Yasha, je deviendrai fort et je pourrai protéger tout l’équipage à moi tout seul, tu verras ! »

Yasha « Ahahah ! Oui oui, en attendant entraines-toi bien et n’oublies jamais mes conseils. Si tu les gardes en tête tu deviendras imbattable ! »

Le jeune saiyen me fit alors signe tandis que je gagnais ma capsule. C’est ainsi que je repartis dans l’espace pour poursuive mon entrainement et peut être atteindre de nouveaux stades de transformation.
Revenir en haut Aller en bas
Sayans

avatar

Hakai
Sayans

Nombre de messages : 217

Age : 24

Localisation : Dans l'espace

Date d'inscription : 19/06/2012


Fiche du guerrier
Renommée:
Zénies: 207650
Niveau: 229(+5+5+25)=264



MessageSujet: Re: La naissance et l'entrainement de Denkyu, le fils d'Hakai   Dim 25 Nov - 19:53

218 lignes ! 21 800 xp et 10 900 zénies

_________________

I'm the Prince of All Saiyajin !
Transfo : Oozaru, SSJ1, USSJ, SSJ2, SSJ3, SSJ4, SSJ5, Mystic, Mystic SSJ1, Mystic SSJ2, Mystic SSJ3.
Technique maitrisés : Shukan Ido.
PNJ: Kusai, Vicky,Teron, NinaDenkyu.

Revenir en haut Aller en bas
 

La naissance et l'entrainement de Denkyu, le fils d'Hakai

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPG-Dragon Ball Z :: RPG :: Espace :: Vaisseaux Spatiaux-